Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

GESTEL.

Vienne qui voulait empiéter sur les droits et priviléges accordés par la joyeuse entrée. Par deux décrets donnés à Vienne le 1er janvier 1787, les intérêts de la ville de Bruxelles furent réglés sans l'intervention de ses magistrats, et la commission fut dissoute par arrêté du 23 avril suivant. Ce qui occasionna un mécontentement général qui fut pour beaucoup dans les troubles qui éclatèrent quelque temps après. Voyez au reste l'Histoire de la ville de Bruxelles, t. II, p. 316.

Il mourut à Bruxelles le 16 juillet 1800.

Il avait épousé, à Anvers, à l'église de Saint-Jacques, le 20 décembre 1753, Isabelle-Thérèse-Marie-Josephe Bertryn, née à Anvers et baptisée à Sainte-Walburge le 3 octobre 1723, décédée à Bruxelles le 12 mai 1795, fille de Firmin-Jacques Bertryn et de Thérèse-Marguerite van der Meeren.

De ce mariage naquirent :

1o Élisabeth-Thérèse-Marie van Gestel, née à Bruxelles, paroisse de Saint-Géry,

le 27 octobre 1754, décédée sans alliance le 1er janvier 1830 et inhumée

à Laeken; 2. Catherine-Christine-Marie van Gestel, née à Bruxelles, paroisse de Saint-Géry,

le 25 février 1756, décédée le 27 avril 1823, se maria avec Pierre-Joseph

Stas, mort à St-Josse-ten-Noode le 31 janvier 1832; 3o Philippe-Égide-Joseph van Gestel, jurisconsulte, né à Bruxelles, paroisse de

Saint-Géry, le 23 juillet 1758; 4o Jacques-Jean-Joseph, qui suit : 5° Laurent-Joseph van Gestel, né à Bruxelles, paroisse de Saint-Géry, le 22 avril

1768; 6° Christine-Jossine van Gestel, décédée le 24 avril 1799; 7° Anne-Thérèse-Marie-Louise-Josephe VAN GESTEL, décédée le 27 pluviôse an xi.

XI. Jacques-Jean-Joseph van Gestel, né à Bruxelles, paroisse de SaintGéry, le 23 novembre 1766, mort le 5 décembre 1808, épousa, le 7 novembre 1800, Suzanne-Catherine van den Daele, née à Bruxelles, paroisse de Saint-Nicolas, le 27 janvier 1768, décédée le 23 mai 1823, dont un fils, savoir :

XII. Prosper-Désiré-Philippe-Jacques VAN GESTEL, né à Bruxelles le 7 décembre 1801, a épousé, par contrat passé par-devant le notaire van Mons à Bruxelles, le 16 août 1828, et à l'état civil de cette ville, le 20 août 1828, Joséphine-Pétronille du Mont (1), née à Bruxelles le 1er mars 1809, fille

(1) Voyez la généalogie de du Mont de Buret mise en note sous celle des barons d'Herissem.

GHELCKE.

d'Antoine-Jean-Baptiste du Mont et d'Isabelle-Marie de Nieuwkerke, dont :

1° Mathilde-Eulalie-Thérèse van Gestel, née à Bruxelles le 6 juin 1829, décédée

le 13 du même mois;
2o Édouard-Prosper-Eugène van Gestel, né à Bruxelles le 3 juillet 1831;
3o Louise-Joséphine-Isabelle van Gestel, née à Bruxelles le 30 juin 1833, s'est

mariée, le 12 décembre 1850, à Saint-Josse-ten-Noode, lez-Bruxelles, avec
Armand Smits, née à Bruxelles le 24 septembre 1817, fils de Matthieu-
Édouard Smits, ancien référendaire au conseil d'État de S. M. le roi des
Pays-Bas Guillaume Ier, et de Jeanne-Lucie-Justine van Baerle.

Branche collatérale.

Branche collatérale.

IV. Wauthier van Gestel, fils cadet de François van Gestel, échevin de la ville de Bois-le-Duc, et de Jeanne van Boxtel. Le nom de sa femme n'est pas connu. Il a laissé un enfant légitime :

V. Jean van GESTEL épousa Jossine van Pynappel, fille de Josse, dont :
VI. Josse van Gestel épousa Jeanne Vlymen, dont :

a

Jossine van Gestel, décédée le 7 août 1714, se maria avec Antoine, baron

van Gent, mort en 1701.

.

GHELCKE (DE). « Marie-Thérèse, salut! De la part de notre cher et bien-amé Jacques-Laurent de GHELCKE, natif de la ville d'Ypres, nous a été très-humblement représenté qu'il serait fils légitime de Jacques-Ignace DE GHelcke et de Marie-Josephe Colenbuen ; que, depuis plus d'un siècle, ses ancêtres se seraient attachés à se rendre utiles à l'État dans les emplois de la magistrature qu'ils auraient presque toujours exercés sans interruption; que dès l'an 1670, Louis DE GHELCKE, aïeul du remontrant, aurait occupé la place d'avoué, chef du magistrat de notre ville de Bailleul; que son père, Jacques-Ignace de Guelcke, aurait été fait échevin de la ville d'Ypres en 1701 et aurait été continué dans l'exercice de cette place à différentes reprises ; que lui remontrant, marchant sur ses traces, aurait été créé échevin de la même ville en 1730 et de temps à autre continué dans la même place jusqu'en 1766; qu'ensuite il s'en serait démis en faveur de son fils pour l'introduire dans la même carrière; qu'il occuperait présentement la place de chef-tuteur de la même ville; et qu'en cette qualité ainsi qu'en celle d'échevin, il aurait constamment marqué son attachement respectueux au royal service; qu'il aurait épousé Geneviève-Antoinette de

GHELDERE.

Wavrans, dont le bisaïeul, Louis de Wavrans, l'aïeul du même nom, et le père, Eugène de Wavrans, se seraient également distingués dans la magistrature de ladite ville en qualité d'échevins depuis l'an 1644; que rien ne pouvant, dans son âge avancé, lui donner plus de consolation, que d'obtenir de notre royale munificence quelque marque de distinction pour attacher et animer ses enfants, de plus en plus, à notre auguste maison, il nous supplie, à ces causes, de daigner lui accorder nos lettres-patentes d'anoblissement pour lui et ses enfants et descendants, de l'un et de l'autre sexe, nés et à naître de légitime mariage, et de lui permettre de porter pour armoiries un écu de sable à la fasce d'or, accompagnée de trois besans d'argent, chargés chacun d'une croix patée alesée de sable, deux en chef et une en pointe; au casque d'argent fourré de gueules, grillé et liseré d'or, aux hachements d'or et de sable; pour cimier, un buste de nègre habillé d'or et tortillé d'argent, entre un vol d'or et de sable; avec permission de les sommer d'une couronne d'or au lieu de bourlet. Nous, etc. Vienne, 25 décembre 1771. )

GHELDERE (DE). « Charles, salut! De la part de notre cher et bien amé Jacques DE GHELDERE, licencié ès-lois, nous a été remontré, en dû respect, qu'en considération des services que tant lui que ses ancêtres auraient rendus à notre auguste maison, il nous aurait plu de l'anoblir avec sa postérité légitime, par diplôme dépêché le onzième jour du mois d'octobre 1719, par notre chancellerie de l'empire, au port d'un écu écartelé au premier et quatrième d'azur au lion rampant d'or, armé et lampassé d'argent; au deuxième et troisième d'or au lion rampant de sable, armé et lampassé d'azur, lesdits quatre lions respectivement affrontés, la pointe d'argent à la boulette de gueules; ledit écu surmonté d'un heaume d'argent, grillé, liseré et couronné d'or; cimier deux demi-vols d'argent, chargés chacun d'une boulette de gueules; et hachements aux émaux de l'écu; mais comme nous aurions trouvé bon d'ordonner que ces sortes des grâces, suivant les placaris, ordonnances et usages constamment observés sous nos glorieus prédécesseurs souverains des Pays-Bas, ne pourraient avoir effet dans l'étendue des dits pays sans en avoir obtenu notre confirmation royale par le canal régulier de notre conseil suprême, établi lez-notre personne, pour les affaires de nos mêmes Pays-Bas; le remontrant obéissant à nos ordres nous a très-humblement supplié que notre bon plaisir soit de lui confirmer ladite grâce, avec rétroaction au 11 d'octobre 1719, et d'en faire expédier nos lettres-patentes en forme due. Nous, etc. Vienne, 11 octobre 1738. »

GHELLINCK.

GHELLINCK (DE), originaire de Courtrai.
I. Jean GuELLINCK, fils de Josse, épousa Florence Colpaert, fille de Charles,

dont :

1o Élisabeth GuelliNCK, mariée : 1" à Pierre Wouters; et 2° à Pierre Alois ; 2° François, qui suit :

II. François GueLLINCK, mort le 23 janvier 1640, épousa Élisabeth Wallaert, décédée le 24 juin 1643, fille de Jean et de Marguerite van den Berghe. Ils gisent à Saint-Martin, à Courtrai, dans la chapelle des Arquebusiers. Ils eurent trois enfants :

1° Jean, qui suit : 20 Marie GuelliNCK, décédée le 27 août 1665, sc maria avec Pierre van Lans

berghe ; 3° François, mort en célibat.

III. Jean GHELLINCK, mort le 18 octobre 1646, épousa Marie Marre, ille de Rogier et de Marguerite Buys; laquelle convola depuis avec Matthieu du Bois, et mourut le 12 mars 1668. Jean GHELLINCK et Marguerite Buys gisent à Saint-Martin, à Courtrai, et laissèrent :

1° Cornélie GHELLINCK, femme de Jean Cocle, conseiller-pensionnaire et receveur de

la chåtellenic (l'Ypres, mort le 9 janvier 1677; 2° Jean-Baptiste, qui suit : 3° François GreLLINCK, mort le 19 mars 1710, épousa Isabelle Talbout, décédée

sans enfants le 19 février 1703. Il choisirent leur sépulture dans l'église de Saint-Nicolas à Gand, et firent à leurs frais un des portails du chậur en

marbre; 4° Marguerite GHELLINCK, femme de Rogier Soenen, à Courtrai ; j? Maric GuellixCK, femme de Chrétien du Bois, mort le 9 juillet 1636, fils de

Matthicu el de Catherine de Somere, sa première femme.

IV. Jean-Baptiste de GHELLINCK, écuyer par lettres-patentes ilu 10 mars 1705, puis chevalier par lettres du 3 octobre 1716 et 21 décembre 1735, seigneur de Gorchem, de Peperstraete et de Rasselberghe, bourgmestre de la ville de Courtrai, né à Courtrai le 3 octobre 1638, mort le 4 juin 1728, épousa, en premières noces, Marie-Thérèse Dujardin, décédée sans enfants, fille de Philippe et de Marie van Lansberghe; et, en secondes noces, Isabelle Marre, née le 9 juillet 1644, décédée le 3 novembre 1723, fille de Jean et de Jeanne Bambeke. Ils gisent à Saint-Martin à Courtrai. Ils laissèrent :

GHELLINCK.

1° Jean-Baptiste, qui suit : 2. Thérèse-Anne De Ghellinck, née à Courtrai le 5 juillet 1676, décédée au cou

vent des Capucines, à Saint-Trond, le 4 septembre 1730 et inhumée dans

l'église dudit couvent, sous une pierre bleue; 3° Matthieu-Xavier de Guellinck, chevalier, seigneur de Nokeren, de Walle, de

Gorchem, etc., né à Courtrai le 13 avril 1679, mort à Gand le 8 mars 1747 et enterré à Nokeren, épousa : ° à Gand, le 12 novembre 1712, Maric-Colette du Bois, née le 17 février 1690, décédée le 3 juin 1728 et inhumée à l'église de Saint-Jacques à Gand, fille de Matthieu et de Jacqueline-Sabine Codde; et 20 à Bruxelles, à l'église de Finis-Terræ, le 15 juillet 1731, Anne-Françoise de la Kethulle, née le 17 janvier 1693, décédée le 4 mars 1780 el inhumée à Saint-Bavon de Gand, fille de Ferdinand-Philippe, seigneur d'Haverie et

d'Everstein, et de Philippotte Madoets. Il eut du premier lit :

A Marie-Jeanne-Sabine de GUELLINCK, née le 6 avril 1714 et baptisée à Saint-Bavon de Gand, décédée le 2 janvier 1754, épousa, son cousin, Jean-Baptiste - MatthieuLouis De GHELLINCK, chevalier, seigneur de Wynghene;

B Matthieu, mort le 20 septembre 1719 ;
C Isabelle-Marie-Thérèse, décédée le 12 mai 1718;

Il eut du second lit :

D Marie-Éléonore-Françoise de GAELLINCK, née le 6 octobre 1735 et baptisée à SaintJacques de Gand, décédée le 13 octobre 1759 et inhumée à Saint-Bavon de ladite ville, épousa, le 2 avril 1757, à l'église de Notre Dame, lez-Saint-Pierre, à Gand, son cousin, Louis Charles de GueLLINCK DE POTTEGHEM ;

E Josse-Antoine, mort à Bruxelles le 5 février 1733 ;
F Adrien, mort de la petite vérole à Gand le 22 mai 1765.

4° Marie-Cornélie de GuelLINCK, née à Courtrai le 9 janvier 1682, décédée à Gand

le 4 mai 1762, se maria, à Gand, avec Louis van den Hecke, receveur-hérédi taire en cette ville, né à Gand le 3 novembre 1673, mort le 22 novembre 1729,

fils de Louis et de Marie-Suzanne van der Stricht; jo Isabelle-Claire de Ghellinck, née à Courtrai le 26 février 1686, décédée à Bruges

le 9 novembre 1767, épousa Robert de la Villette.

V. Jean-Baptiste DE GHELLINCK, chevalier, seigneur d'Elseghem, de Rynsacker, d'Halle, né le 31 mai 1672, mort à Courtrai le 21 août 1721, épousa Marie-Marguerite Wallaert, décédée le 16 mars 1715, fille d'Adrien et de Jeanne de GHELLINCK. Ils gisent à l'église de Saint-Martin de Courtrai, où ils ont fondé une messe perpétuelle. Ils laissèrent :

1° Adrien-Xavier, qui suit :

« VorigeDoorgaan »