Pagina-afbeeldingen
PDF
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

[ocr errors]

Ah ! beaucoup mieux, ma chère femme :
Mon Médecin dit que je voi.

A R o s E , qui me demandoit des vers.

IL faut donc pour vous plaire Etre Poëte absolument. Que d'Auteurs vos yeux pourroient faire, Si vos yeux donnoient le talent ! Si tous vos amans, belle Rose, Parloient en vers, : Bientôt dans l'univers on ne connoîtroit plus la prose. : Que de légèreté, de grâces & de senti| mens dans cette petite Pièce ! On ne finiroit · pas, s'il falloit citer tous les petits chefd'œuvres qu'on trouve dans ce charmant Recueil. La seconde Partie de cet Ouvrage contient quelques traductions des Poëtes Italiens. Ces morceaux ne sont pas sans mérite, quoique fort au-dessous de l'original.Voici le début de la Jérusalem délivrée. S T A N z. I.

[ocr errors]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« VorigeDoorgaan »