Pagina-afbeeldingen
PDF

reille base, avec le produit d'autres
commerces vus dans leur entier, en
temps de paix & dans leur Etat le pl us

florissant. -
On s'attache à prouver , contre M.
l'Abbé Morellet , que la Compagnie
n'a point été à charge au trésor du
Prince , & l'a soulagé considérable-
ment ; on établit d'abord que les Ac-
tionnaires ont versé dans la Compa-
gnie des sommes considérables au delà
du bien qui leur reste , & que la
Compagnie a toujours gagné par les
opérations de son commerce. Depuis
1725 elle a gagné 35 à 45 pour cent sur
Jes marchandises d'exportation , & 9o
à 14o pour 1oo sur celles d'importa-
tion. Ses pertes maritimes n'ont été
évaluées qu'à 3 pour 1oo. Ces faits
établis, l'auteur demande ce que sont
devenus les fonds , les profits qui
excèdent les dividendes reçus par
les Actionnaires ? lls ont été employés

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

. » des Indes & de la Chine , dont l'é- .

[ocr errors]

» tenir lieu de deux millions cinq cens » enille livres , phrase que vous impri» mez en lettres italiques pour fixer » l'attention du lecteur, J'ai lu cet Ar» rêt , & j'y ai vu la phrase que vous » citez ; mais, immédiatement après, » j'en ai vu une autre que vous ne ci» tez pas ; la voici : sans néanmoins » que ladite évaluation puisse opérer au» cune garantie, recours ou autre action, » tant contre le Roi que contre ladite » Compagnie, en cas de plus ou de moins » valeur des bénéfices du dit privilège. Ce » paragraphe est décisif sur la question » dont il s'agit. Convenez que vous » auriez dû le communiquer à côté de » celui que vous avez cité ; on auroit » vu un titre formel , & l'on auroit » apperçu en même temps qu'il étoit » appuyé par l'équité; la Compagnie » avoit couru le rifque de perdre ; elle » avoit acquis le droit de gagner ; & » le résultat de cette convention au

« VorigeDoorgaan »