Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

marche progressive des autres Arts, & le travail des Salpêtriers est aujourd'hui, sur-tout en France, ce qu'il étoit il y a plus d'un siècle. On conçoit, d'après cela, combien il étoit intérellant de venir au secours de ceux qui s'occupent de la fabrication du Salpêtre, de leur donner une espèce de traité élémentaire qui pûç leur servir de guide; & c'elt un premier objet de l'instruction que nous annonçons.

Un second objet plus intéressant encore, a été de répandre, dans les Provinces, les méthodes pratiquées dans d'autres Royaumes, pour produire artificiellement du Salpêtre, & sans le secours de la fouille; de faire connaître aux Habitans des campagnes, une nouvelle branche d'industrie, & de leur apprendre comment ils peuvent faire des établissemens à la fois utiles pour eux &

pour l'État.

L'instruction rédigée d'après ces vues, est divisée en dix-lepe articles; on y traite d'abord de la nature du Salpêtre, des principes qui le composent : on y fait voir que ce fel résulte de la combinaison de deux principes ; d'un acide connu sous le nom d'acide nîcreux, &

d'un alkali fixe végétal qui lui sert de base ; & que cet acide lui-même, d'après des expériences communiquées à l'Académie par M. Lavoisier, est , pour la plus grande partie,composé d'un air trèspur,

Il paroît que la formation du Salpêtre est due à la décomposition totale des matières végétales & animales : aulli l'art de produire promptement & abondainment du Salpêtre, consiste-t-il å exciter une putrefaction rapide dans des amas de terre , par le moyen de mélanges quelconques de matières végétales & animales. Les Rédacteurs de l'Instruction, ramènent , par ce moyen, tous les phénomènes relatifs à la formation du Salpêtre, à ceux de la fermentation putride. Ils donnent ensuite les moyens d'appliquer ces principes à des établissemens en grand : ils entrent dans le détail de la construction des hangards, du choix des terres, de leur disposition : enfin, ils indiquent différens procédés pour ménager, dans les couches de terres, une circulation d'air facile, & pour y entretenir un degré d'huinectation convenable.

Le Salpêtre formé, il faut l'extraire

de la terre : & cette opération se fait par le moyen de la lixiviation. On conçoit que la terre étant insoluble dans l'eau, tandis que le Salpêtre s'y dissout avec facilité, la lixiviation doit former une espèce de départ ; & que l'eau en passant à travers la terre, doit se charger de tous les fels. Il ne s'agit plus ensuite, pour

obtenir ces sels, que de procéder à l'évaporation par la chaleur & par l'ébullition.

Les Salpêtriers de Paris, & le plus grand nombre de ceux des Provinces, mêlent de la cendre avec les terres sale pêtrées qu'ils se proposent de lesliver. Les Rédacteurs de l'instruction font voir que cette eendre n'agit qu'en raison de la quantité d'alkali fixe qu'elles conciennent; que les cendres peuvent être remplacées, avec avantage, par la pos tasse, dans les Provinces, sur-tout où cette dernière est à bon marché ; que cette substance alkaline a la propriété de précipiter la terre unie à l'acide nitreux, de se substituer à la place , & de convertir cour le nitre en base terreuse en vrai salpêtre. Au lieu de potasse, on peut employer les eaux de buanderies, qui en contiennent une por

tion

[ocr errors]

xion assez considérable, qui ne sont d'aucun usage dans les Arts, & qui n'onc aucune valeur dans le commerce.

Un point infiniment important, étoit d'éclairer les Salpêrriers sur le degré de force de leurs eaux. Il en est, en effet, qui évaporent des leflives extrêmement foibles , & qui font par conséquent une consommation de bois considérable absolument en pure perte. L'instruction établit comme principe, que la pesanteur {pécifique de l'eau est d'autant plus grande, qu'elle contient plus de Salpêtre en dissolution, ce qui conduir les RédacTeurs à indiquer le pèse-liqueur, comme un moyen en même temps commode & sûr pour déterminer la quantité de Salpêtre dont une lessive est chargée. Ils s'étendent à cette occasion sur la conftruction du pèse-liqueur; & ils donnent la manière de le diviser, de façon que chacun de ses degrés exprime un pour cent de Salpêtre dans la lellive où il eft plongé.

Cet ouvrage, dans lequel on n'a rien oublié de tout ce qui pouvoir le reudre utile, est accompagné de figures pour en faciliter l'intelligence; & il est terminé par des calculs sur le produit des nitries 1. Vol.

G

[ocr errors]

res, & sur le bénéfice qu'on peut raisonnablement en attendre.

Nous terminerons cet extrait, en faisant remarquer combien les Arts se perfectionnent, & combien les connoiffances, en tout genre, s'étendent & se multiplient. C'ext un tableau infiniment intéressant que de voir, d'une part, le Gouvernement occupé de l'instruction & du bonheur de la Société; & de l'autre, des Citoyens zélés qui réunissent à des connoissances approfondies de la partie d'administration qui leur est confiée ; l'esprit de patriotisine & l'enthousiasme du bien public.

ICE

ANNONCES LITTÉRAIRES.

BIBLIOTHÈQUE Universelle des Po-
mans, Ouvrage périodique, dans lequel
on donne l'analyse raisonnée des Ro-
mans anciens & modernes, François-,
ou traduits dans notre langue; avec des
Anecdotes & des Notices historiques &
critiques concernant les Auteurs ou leurs
Ouvrages;

ainfi
que

les mours , les usa-
temps,

les circonstances particų.

ges du

« VorigeDoorgaan »