Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

Et m'offre-t-il l'heureux présage Que mes foibles efforts feront goûtés des Dieux. Cet espoir en mon cœur fair germer le courage

Et naître un degr curieux; La fortune, dit-on, rit aux audacieux, Et souvent les succès leur tombent en partage; Pourquoi balancerois-je à marcher sur leurs pas , S'il peut m'en advenir un semblable avamage? Il est peu de mortels qui ne préfèrent pas Le renom d'homme heureux à celui d'homme sage, Et je vois dans tous lieux, & dans tous les Etats,

Cette maxime allez d'usage,

Et conte ée en peu de cas.
Ainsi, sans hésiter , tentons la réussite ,

Sans cependant aller trop vîre,
Et donnons une fois quelque chose au hasard;
Le génie inconnu qui n'inspire & m'excite,
A mes foibles talens aura sans donte égard;
Ce ne fui pas toujours jadis au vrai mérite

Qu'on donna le nom de Célar,

Mais avant que d'entrer en lice,
Aglaé, c'est à toi que j'adresse mes vaux

A mon essai rends-toi propice,
Je ne puis manquer d'être heureux ;
Tu peux m'ouvrir un champ de gloire

En me donnant quelques leçons,
Non qu'en présomptueux j'ose espérer & croire
Ma lyre aflez d'accord pour initer les cons;

[ocr errors]

Je ne sens que trop bien que ma Mure novice,
Halardant de planer avec toi de niveau,

Tout en fortant de cop berceau,

Tomberoit dans le précipice,
Et n'auroit vu le jour que pour voir son tombeau,
Des Titans autrefois les Dicux.firent justice,
Que seroit-ce de moi , qui ne suis qu'un roseau?

Par M. de N. Chev. de Saint Louis.

[merged small][ocr errors]

L'ATTRIBUT DE VÉNUS.

Traduction de Shenstone.
Comme Vénus , Zélis est belle,
Elle a fa fraîch:ur, ses attraits ;
Et feroit parfaite comme elle,
Sile sourire ornoir ses traits..

Lachafte fille de Latone
Se distingue par un cioissant,
Pallas par un caique éclatant,
Ec Junon par une couronne.

Ainfi chaque Divinité
A l'attribut de son empire;
Et la Reine de la Beauté
A pour fyinbole le souriren

Daigoez donc sourire, Zélis
Et ceux dont le pinceau fidèle
Voudrą nous bien rendre Cypris,
Vous prendront tous pour leur modele.
Par M. de Chateaugiron, Officier au

Régim. de Normandie.

DIALOGUE

[ocr errors]

Entre CHAPH-SÉPHI, Roi de Perse

ALIBÉE, Berger Persan, élevé par
Cha-Abbas , père de Séphi

, père de Séphi , à la dignité de premier Ministre, & AMULEM, Courtisan de. Chaph-Séphi *.

( L'action est supposée se passer dans la maison d'Alibée. Les portes s'ouvrent inopinément , Séphi entre suivi d'Amulem & d'une troupe de Satellites ), Séphi considère avec surprise l'ameuble

ment de la maison d'Alibée. AMULEM

MULEM, quelle étonnante fimplicité !

* Le sujet de ce Dialogue eft tiré d'un Conte Persan de Fénélon, imprimé à la suite de les Dialogucs des Morts anciens & modernes, T. II, p. 2.11...

[ocr errors]

AMULEM , bas d Séphi. Il est vrai, Seigneur ; mais c'est pour mieux cacher à tous les yeux les tréfors immenfes qu'il a su accumuler sous le régne de votre père.

ALIBÉB , se prosternant. Souverain Seigneur, par quel bonheur inactendu le plus fidèle de vos sujets vous reçoit-il dans sa maison?

S. É P H. 1. Relevez-vous, Alibée, vous avez été le favori du Roi mon père.

A LIBÉ E.

Les bontés dont il m'a honoré, ne fortiront jamais de ma mémoire.

S É P H 1. Il vous a tiré du sein de la misère & de l'obscurité, pour vous porter au plus haut degré de splendeur.

ALI B É B. Je lui dois tout, Seigneur ; il a fait pour moi tout ce qu'un souverain aussi

puissant que

lui
pouvoit faire;

mais quelques grands que soient fes bienfairs, rien n'excite autant ma reconnoissance & mes regrets, que certe amitié, cette confiance douce &... oui, j'ose le dire , familière , jusqu'à laquelle il a bien voulu descendre pour moi.

. SÉPI 1. Sans doute , ces faveurs sont grandes. Combien seroit donc grand le crime de celui qui en auroit abusé ? ... (Alibée demeure interdit).

SEPHI, avec une extrême sévérité.

Vous vous troublez, Alibée : répondez; quelle punition mériteroit le vil scélérat qui se feroit rendu coupable d'un abus aussi odieux ? ALIBÉE, se jetant aux pieds de Séphi.

Ma vie est en vos mains, Seigneur ; ausli bien Alibée ne pourra-t-il survivre au simple foupçon du plus aboininable de tous les forfaits.

AMU LEM, part. Je triomphe. Aurois-je deviné fans y penser?

« VorigeDoorgaan »