Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[ocr errors]

Meûnier du Vicointe. Tous les ans, le jour de la Trinité, chaque Meûnier, dépendant de la Terre , se rend au moulin de celui-ci , fitué près du château , & paye 4 deniers. Ensuite quatre d'entr'eux plantent , au milieu de la rivière, un piquet couronné de fleurs. Un autre Meunier est obligé d'aller à la nage pour l'arracher : lorsqu'il a exécuté son opération, les quatre premiers vont au-devanç de lui, le reçoivent dans un bateau, l'habillent, & vont tous en pompe offrir les Aeurs au Juge, qui se trouve en robe sur le bord de la rivière, avec les autres Officiers du siège , auxquels on distribué une certaine somme.

L'usage suivant serr, dans la même ville , d'amusement au public le jour du Mardi gras. Tous les nouveaux mariés, dont la profession est analogue à la conftruction ou à l'ameublement d'une maifon, se rendent, avec des pelotres ou boules de bois , sur un vaste emplacement, situé devant une porte de la ville. Chacun jette à son tour sa pelotte, soit dans une mare , soit sur une maison , ou ailleurs. Tous les Ouvriers du même métier courent en foule pour s'en emparer. Celui qui parvient à la prendre, la

rapporte au nouveau marié qui l'a jetée , & en reçoit une légère rétribucioni

Méthode pour remettre dans leur état

naturel, les membres gelés. Ox prend un morceau de savon, qu'on met en très-petites pièces; on y joint du beurre frais, de la grosseur d'un auf de poule ; on verse ensuire la quantité de fair, fraîchement tiré, fuffisante pour bien délayer le beurre : on répand après cela sur ce mélange autant de fel qu'on peur en prendre avec les cinq doigts; on fait chauffer le tout sur du charbon , jufqu'à ce qu'il se forme une espèce de bouillie. Voici la manière de se servir du remède : on en fait des emplâtres, qu'on applique très chaudement sur les membres gelés ; quand elles comment cent à se refroidir, on les, cerire, pour en remettre d'auli chaudes : on continue ainsi quelquefois pendant une journée entière, selon que le membre est plus ou moins gelé. Lorsqu'en levant l'emplâtre, on s'apperçoit que le progrès du mal est arrêté, la guérison est allurée.

[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

Arris le rétablissement de la famille des Stuards sur le Trône , plusieurs Gentilshommes - Anglois, EcolTois & Irlandois, conservèrent leurs anciens mécontentemens. Ils n'attendoient qu’un Chef pour éclater ; ils crurent le trouver dans le Colonel Blood , qui se déclara pour eux. Comme on ne pouvoit rien tenter avec succès dans l'Angleterre, on choisic l'Irlande pour le théâtre de la rébellion qu'on projetoit. Le Colonel sentant combien il seroit avantageux pour son parti d'être maître de quelque place forte, se proposa de surprendre le château de Dublin. Il tenta cette entreprise le 29 Mai, qui étoit l'anniversaire du retour du Roi. Il prit une compagnie d'hommes remplis de résolution, & demanda à être introduit dans la place, sous le prétexte qu'il avoit à présenter une Requêre au Lord Ormond qui y commandoit. Quatre-vingt hommes d'Infanterie , déguisés

en Marchands , devoient y pénétrer en même-temps avec adresse, & se tenir préts à se rassembler au premier signal, à tomber sur la garnison & à la défarmer. Ce projet manqua par la trahison d'un des conjurés. On mit les têtes des Chefs à prix, & on promit soo livres sterling de récompense à quiconque en présenteroit un vivant. Cette publication eur son effer. M. Lockey , beau-frère de Blood , fut pris , jugé & exécuté. Le Colonel lui-même fut obligé de prendre la fuite. Il résolut de le venger du Duc d'Ormont, dont la vigilance avoit déconcerté fes projets, & qui venoit de faire pendre son beau-frère. Mais ce ne fut

que neuf ans après qu'il osa entre prendre sur la personne du Duc. Il aflembla cinq de les anciens compagnons; avec lesquels il arrêra un soir le carrosse du Lord : on le força d'en descendre , & on se mit en route pour le conduire dans un lieu où un grand nombre de mécontens, qui avoient évité le supplice, devoient se trouver, pour délibérer sur le fort du Duc d'Ormont. Heureusement pour lui un de ses domeftiques s'étoit caché sous le carrosse, & avoir échappé aux perquisitions de Blood

& de ses satellites. Il courut appeler du fecours , & on eut le temps de délivrer son Maître. Ce qu'il y a de singulier dans cette aventure, c'est que depuis neuf ans, la tête de Blood & de ses compagnons , avoit été mise à 1000 guinées. Ni les uns ni les autres n'avoient quitté les trois Royaumes , & personne n'avoit pu gagner ce prix. Ce fut cette entreprise qui les fit arrêter. On avoit résolu , depuis long-temps, de les punir ; & alors on leur fit grace à tous,

II.

Saint Thomas d'Aquin étoit nommé, par ses Condisciples , pendant son noviciat & son cours d'études, le Bauf de l'Ecole , soit parce qu'en effet il avoit l'air lourd & stupide, soit à cause de l'aventure qu'on va rapporter. Un de ses camarades sui dit un jour , pendant la récréation : « Frère Thomas, un bauf

qui vole! » Il regarda en l'air , & tous se mirent à rire. « Cela vous étonne, » leur dit-il froidement ? Je croyois w moi , qu'il étoit moins surprenant » de voir un beuf voler , que d'enten

dre un Religieux mentir!

« VorigeDoorgaan »