Mémoires [afterw.] Bulletin. 1827-1954.-Nouv. [entitled] Revue du Gévaudan, Volume 13

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 441 - Bulletin de la Société d'Agriculture, Industrie, Sciences et Arts du département de la Lozère; Décembre 1893 et Janvier-Mars 1894.
Pagina 292 - Il n'est aucun guano comparable en fertilité au détritus d'une capitale. Une grande ville est le plus puissant des stercoraires. Employer la ville à fumer la plaine , ce serait une réussite certaine. Si notre or est fumier, en revanche, notre fumier est or. Que fait-on de cet or fumier? on le balaye à l'abîme.
Pagina 292 - ... savez-vous ce que c'est? C'est de la prairie en fleur, c'est de l'herbe verte, c'est du serpolet et du thym et de la sauge, c'est du gibier, c'est du bétail, c'est le mugissement satisfait des grands bœufs le soir, c'est du foin parfumé, c'est du blé doré, c'est du pain sur votre table , c'est du sang chaud dans vos veines, c'est de la santé, c'est de la joie , c'est de la vie. Ainsi le veut cette création mystérieuse <jui est la transformation sur la terre et la transfiguration dans...
Pagina 64 - Mémoires de la Société des Sciences morales, des Lettres et des Arts de Seine-et-Oise, tome XI, Versailles 1878.
Pagina 292 - El ceci sans métaphore. Comment et de quelle façon ? Jour et nuit. Dans quel but? Sans aucun but. Avec quelle pensée? Sans y penser. Pourquoi faire ? Pour rien. Au moyen de quel organe ? Au moyen de son intestin. Quel èst son intestin ? C'est son égout.
Pagina 292 - I c'est le plus modéré des chiffres approximatifs que donnent les évaluations de la science spéciale. La science, après avoir longtemps tâtonné, sait aujourd'hui que le plus fécondant et le plus efficace des engrais, c'est l'engrais humain. Les Chinois, disons-le à notre honte, le savaient avant nous. Pas un paysan chinois, c'est...
Pagina 292 - Ces tas d'ordures du coin des bornes, ces tombereaux de boue cahotés la nuit dans les rues, ces affreux tonneaux de la voirie, ces fétides écoulements de fange souterraine que le pavé vous cache, savez-vous ce que c'est? C'est de la prairie en fleur, c'est de l'herbe verte, c'est du serpolet et du thym et de la sauge , c'est du gibier, c'est du bétail, c'est le mugissement satisfait des grands bœufs le soir, c'est du foin parfumé, c'est...
Pagina 491 - ... parvenus au dix-neuvième ou vingtième jour, lorsque le dessous de leurs ailes commencera à se garnir de plumes ou de canons dans la partie des aisselles , retirez-les de la volière , placez-les ailleurs dans un nid , et couvrez le nid avec une corbeille , un panier qui refuse l'accès à la lumière et laisse le passage à l'air. Tout le monde sait qu'on doit en général tenir dans l'obscurité les animaux qu'on veut engraisser artificiellement. Ayez des grains de maïs qui auront trempé...
Pagina 77 - Les cendres ainsi répandues sur la terre en absorbent l'humidité; en en outre , elles couvrent les bourgeons et les garantissent de l'action du soleil, qui fait sur les jeunes pousses déjà frappées par la gelée le même effet que le feu sur les membres glacés par le froid. La bourre ou la jeune pousse , couverte de cendres , n'est ni atteinte par la gelée , ni brûlée par le soleil qui la frappe ensuite , et elle reprend , sans souffrir, son état primitif. L'opération peut se faire de...
Pagina 292 - Que fait-on de cet or fumier? on le balaie à l'abîme. On expédie à grands frais des convois de navires afin de récolter au pôle austral la fiente des pétrels et des pingouins, et l'incalculable élément d'opulence qu'on a sous la main, on l'envoie à la mer. Tout l'engrais humain et animal que le monde perd, rendu à la terre au lieu d'être jeté à l'eau, suffirait à nourrir le monde. Ces tas d'ordures du coin des bornes, ces tombereaux de boue cahotés la nuit dans les rues, ces affreux...

Bibliografische gegevens