Pagina-afbeeldingen
PDF
[ocr errors]

Tel, & plus épouvantable,
S'en alloit ce Conquérant,
A son pouvoir indomptable
Sa colère mefurant.
Son front avoit une audace
Telle que Mars en la Thrace ;
Et les éclairs de ses yeux
Etoient comme d'un tonnerres
Qui gronde contre la terre
Quand elle a fâché les Cieux.

Les deux Odes à la Reine sur le suco cès de sa Régence ont toutes les beautés que comporte le genre. Je n'en citerai que deux strophes de la première.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Véritablement hommes,
Et meurent comme nous.

Là se perdent ces noms de maîtres de la terre,
D'arbitres de la paix, de foudres de la guerre :
Comme ils n'ont plus de sceptre, ils n'ont plus
de flatteurs ; -
Et tombent avec eux d'une chûte commune
Tous ceux que leur fortune
Faisoit leurs serviteurs.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »