Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

Maîtres

que

Vous servez. Il ont dit à mon Mari qu'ils étoient Jouailliers; mais je les crois d'une condition plus relevéc. Dites-moi si je me trompe.

MEZZETIN,
AIR 3: ( Deux beaux yeux n'ont qu'à parler.)
Oh, je dois être discret!

ZERBINE.

Mon Poulet,
Je sçai bien garder un secret:
Voyez fi vous voulez me plaire.

MEZZETIN.
Fripone , hélas ! peut-on vous rien céler :
Pour sçavoir ce qu'on vouloit taire,
Deux beaux yeux n'ont qu'à parler.

ZERBIN E.
Cela est bien flateur pour moi !

Μ Ε Ζ Ζ Ε Τ Ι Ν.
Ari. ( La Tontine.)
Tous deux à la Cour de Syrie
Ils tiennent un assez beau rang :
Mais

aprenez, ina chére Amie
Que le Petit (bis) est le plus grand
Mais apprenez, ma chére Amie ,
Que le Petit est le plus grande

.

ZERBINE. Oüida!

MEZZETIN. C'est le Roi de Damas, l'autre est le Prince Rostan fon frere.

ZERBINE.

Ho-ho!... Mais ce n'est pas tout. J'exige encore de vous que vous me disiez pourquoi hier au soir dans l'Hôtellerie ils affectoient de demander aux uns & aux autres s'ils jouissoient d'une félicité parfaite. AIR. ( Si dans le mal qui me poßede.)

Pour vous découvrir ce mystére,
Ils ont fait gageure tous deux ,
L'un, qu'aucun homme n'est heureus,
Et l'autre a gagé le contraire.
Voilà ce qui depuis long-tenis
Les engage à courir les Champs.

.
ZERBINE viant.
Voilà une curiosité bien Asiatique.

MEZZETIN.
AIR 4. ( Le long de , le long de .)

Ils s'en vont, peine inutile,
L'un & l'autre demandant

D'une maniére civile.
Dans la ruë à tout venant

Le long de çà a

Le long de là,

Le long de la Ville ,
S'il est tout-à-fait content.

ZERB I NE. ;. Ils fe donnent bien de la peine, pena dant qu'ils ont sous leur main l'homme qu'ils cherchent.

MEZZETI N. Eh, qui donc?

ZERBINE. Vous.

MEZZETIN. Moi!

ZER BIN E.
Allurément.

A.1 R. (Je vous avois. crű belie.
En vous la gaîté brille,

Vous avez l'air badin.;.
Et vous me paroissez un trop bon Drille:
Pour pouvoir engendrer quelque chagrište

MEZZETIN.
AIR [Je ne suis pas. fi diable.-)

Qui juge sur la mine,
Souvent est dans l'erreur

Pour détromper Zerbine
Je vais ouvrir mon cæur.
D'une joie apparente
Vous ine voyez masqué,
J'ai l'ame aussi dolente
Que j'ai l'air gai.

ZERB I N E.
Vous me surprenez.
AIR. (Bouchez , Nayades, vos fontaines)

Quel chagrin vous déchire l'ame ?
Parlez, qu'avez-vous ?
ME Z ZET IN.

Une Femme
Qu'en vain je tâche de bannir
Depuis deux ans de ma mémoire;
Er je ne puis m'en souvenir ,
Sans tomber dans une humeur noire

ZERBINE. Pardi! Les apparences sont bien trompeuses.

Μ Ε Ζ Ζ Ε Τ Ι Ν. Voici mon Histoire en deux mots. Je fuis un Peintre Italien. Il y a trois ans que je fûs curieux de voir la France. AIR 85. (Comer, j'ai un bon mari.)

En arrivant à Paris (Bis)

Je fûs vivement épris

De certaine Lisette;
Mais , en l'épousant, je pris

Une franche Coquette. Je la foupçonnai d'infidélité, je m'éloignai d'elle ; & comme j'apris qu'elle me suivoit , je m'embarquai pour

le Levant. Là je rencontrai le Roi de Damas & le Prince fon frere qui voyageoient , & je me mis à leur service.

ZERBINE. Mais puisque vous n'êtes plus avec votre femme, vous devez être heureux.

MEZZETIN foupirant. Hélas !

ZERBINE. Vous soupirez !

AIR ( La jeune Abeffe de ce lica.)

Malgré son infidélité,
Vous seroit-elle chére encore ?

M E Z.ZETIN.
Contre elle , quoique révolté,

Mon lache coeur toujours l'adore ;
En tous lieux son image me suit ,
Elle m'obséde jour & anit,

« VorigeDoorgaan »