Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

à son royaume la Samarie, la Galilée, la Pérée en-deçà du Jourdain , l'Iturée et la Trachonite (ou la Palestine tout entière ) avec l'Idumée, dont il percevait les revenus sans être luimême tributaire. Le dévouement qu'il témoignait à Rome pour tant de bienfaits était une politique naturelle, et il n'y avait que l'étroite bigoterie des Juifs qui pût lui faire un crime de sa conduite sous ce rapport. Les exécutions qu'il fit dans sa famille doivent bien plus être imputées à cette famille ellemême qu'à la cruauté du prince; heureux si le glaive n'eût pas souvent puni l'innocent au lieu du coupable! Ia naissance de Jésus-Christ arriva dans la dernière année de son règne (1). -D'après son testament, auquel Auguste ne changea que trèspeu de choses, son royaume fut partagé entre les trois fils qui lui restaient. Archélais en obtint la plus grande moitié avec le titre d'Ethnarque : c'étaient la Judée, Samarie et l'Idumée. Les deux autres prirent le titre de Tétrarques; l'un u'eux, Philippe, eut une partie de la Galilée et la Trachonite; et l'autre, Antipas, eut la Pérée avec une partie de l’Iturée : mais, depuis ce partage, la destinée de chacune de ces portions du royaume d'Hérode ne fut pas

la même. - Archélaüs, par sa mauvaise administration, perdit ses États dès l'an 6 de l'ère chrétienne; et, par suite, la Judée et Samarie furent ajoutées comme province romaine à la Syrie, et soumises à des procurateurs, parmi lesquels Ponce-Pilate, 27-36, est le plus connu. C'est sous lui que le divin fondateur de notre religion fut condamné, et souffrit, non comme réformateur politique, quoique cela lui ait été imputé, mais comme réformateur moral. Ces procurateurs étaient dans la dépendance du gouverneur de Syrie. D'un autre côté, Philippe régna dans sa tétrarchie jusqu'à sa mort, arrivée l'an 34 de l'ère vulgaire; après quoi son territoire eut le même sort que la Judée et Sa

[ocr errors]
[ocr errors]

(1) C'est-à-dire d'après la chronologie ordinaire de Den ys-le-Petit, qui a été faite dans le sixième siècle de l'ère valgaire; car, suivant le calcul plus exact des chronologistes modernes, l'époque précise de la naissance de J.-C. remonte quatre ans plus tôt.

marie. Cependant, dès l'an 37, ce pays fut donné par Caligula, avec le titre de roi, à Agrippa, petit-fils d'Hérode par Aristobule, à cause du dévouement qu'il avait montré pour la maison de Germanicus. Ce prince déposséda, 39, Antipas, qui désirait de faire un traité avec lui, obtint sa tétrarchie, 40, et, bientôt après, 41, y ajouta ce qui avait formé le territoire d'Archélaüs, ainsi que toute la Palestine. Après sa mort, 44, tout ce pays fut réduit en province romaine, et ajouté à la Syrie sous le gouvernement des procurateurs, après qu'on eut donné à son fils Agrippa II, mort en 90, qui fut de nouveau reconnu pour roi, d'abord Chalcis, 49, et ensuite toute la tétrarchie de Philippe, 53. L'oppression des procurateurs, particulièrement de Gessius Florus depuis l'an 64, porta les Juifs à une révolte qui finit par la prise et la ruine de la capitale et de son temple, détruits par Titus, dans l'année 70 de l'ère vulgaire. La dispersion des Juifs par tout le monde alors civilisé, qui avait déja commencé auparavant, fut accélérée par la prise de Jérusalem, et, en se répandant dans tout l'univers, ils facilitèrent la grande propagation du christianisme. Cependant, malgré la conquête, Jérusalem, non-seulement continua d'être considérée comme une ville, mais encore comme le principal point de réunion de la nation. Et la tentative qui fut faite sous Adrien, pour y établir une colonie romaine, excita une violente sédition.

Histoire et religion des Juifs, depuis J.-C. jusqu'à présent, par Basnage; à La Haye, 1716, 15 vol. in-12. Les deux premières parties seulement appartiennent à cette période; mais les suivantes contiennent également des recherches historiques très-précieuses.

Histoire des Juifs et des peuples voisins, depuis la décadence des royaumes d'Israël et de Juda jusqu'à la mort de J.-C., par Prideaux. Amsterdam, 1722, 5 vol. in-8°. Cette traduction française, par la manière dont elle est disposée, a de grands avantages sur l'original anglais : The O. and N. Testaments connected in the history of the Jews and their neighbou

[ocr errors]

ring nations; London, 1714, 2 vol. Cet ouvrage et le précédent ont toujours été regardés comme fondamentaux pour cette partie de l'histoire.

Les remarques jointes aux traductions ( allemandes) des livres d'Esdras, de Néhémias et des Machabées, par J.-D. Michaëlis, renferment des renseignements historiques impor

tants.

Histoire de l'agrandissement de l'État Juif, depuis Cyrus jusqu'à son entière destruction, par J. Remond; Leipsick, 1789 (en allemand), production soignée de la jeunesse de l'auteur.

Aux ouvrages cités ci-dessus (pag. 38), il faut encore ajouter, pour l'histoire ancienne des Juifs, le suivant :

Manuel de l'histoire des Hébreux, depuis leur établissement jusqu'à leur ruine, par G.-L. Bauer (en allemand); Nuremberg, 1800, 2 part. in-8°, jusqu'ici la meilleure introduction critique, non-seulement pour l'histoire, mais aussi pour les antiquités de la nation juive.

Parmi les écrits de J.-J. Hess, c'est ici que se rapportent: l'Histoire de Moïse, l'Histoire de Josué, l'Histoire des rois de Juda, 2 part.; l'Histoire des rois de Juda et d'Israël, 2 part. (en allemand). Le sujet y est envisagé particulièrement sous le point de vue théocratique.

CINQUIÈME SECTION.

HISTOIRE ROMAINE.

Notions préliminaires sur la géographie de

l'Italie ancienne.

[ocr errors]

L'Italie forme une presqu'île, bornée au nord par les Alpes, à l'ouest et au sud par la Méditerranée, à l'est par la mer Adriatique. Sa plus grande longueur, du nord au sud, est de deux cents lieues; sa plus grande largeur, au pied des Alpes, de cent trente-cinq lienes; mais, dans la presqu'île propre, seulement de trentecinq lieues; sa superficie contient treize mille lieues carrées. La principale montagne est l’Apennin, qui se dirige du nord au sud, quoiqu'il coure plus à l'est vers le milieu de l'Italie, et plus à l'ouest dans l'Italie inférieure. Dans les premiers temps de Rome, il était couvert de bois épais. Fleuves principaux : Padus (le Pô), Athesis (l'Adige), qui se jettent dans la mer Adriatique; et Tiberis (le Tibre), qui se jette dans la Méditerranée. Le sol est un des plus fertiles de l'Europe, surtout dans les plaines; mais, d'un autre côté, beaucoup de parties montueuses n'admettent que peu de culture. Tant que la Méditerranée fut la principale route du commerce, l'Italie sembla par sa situation devoir être'une des plus importantes contrées pour cette partie ; mais elle ne jouit que très-peu de cet avantage dans l'antiquité.

Elle se divise en Italie supérieure, depuis les Alpes jusqu'aux deux petits fleuves Rubicon et Macra (néanmoins, dans la géographie politique des Romains, elle ne fut considérée que comme province jusqu'à l'époque où elle obtint droit de cité sous César); en Italie du inilieu, depuis le Rubicon et la Macra jusqu'au Silarus et au Frento; et en Italie inférieure, depuis ces deux fleuves jusqu'aux caps méridionaux.

I. L'Italie supérieure embrassait deux contrées : la Gaule cisalpine, Gallia Cisalpina , et la Ligurie, Liguria.

1. Gallia Cisalpina ou Togata, par opposition à ce qu'on appelait Gallia Transalpina, tirait son nom de la Gaule, parce qu'elle était possédée, en grande partie, par des peuples gaulois. C'est une plaine continue

que le Pò partage en deux parties : l'une, au nord, appelée Gallia Transpadana (habitée par les Taurini , les Insubres et les Cenomani); l'autre, au sud, appelée Gallia cispadana (habitée par les Boii, les Senones et les Lingones). Durantia (la Durance), Ticinus (le Tésin), Addua (l'Adda), Ollius (l'Oglio), Mintius ( le Mincio), et plusieurs autres fleuves plus petits, se jettent dans le Pô du côté du nord ; au midi, ce sont le Tanarus ( Tanaro), la Trébia, etc. Mais l'Athesis (l'Adige), Piavis (la Piave), et un grand nombre d'autres rivières ou

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »