Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[ocr errors]

0 DDDDD

80UDOBO 3D

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

A brachygraphie est l'art d'écrire par abréviation (de Bpaxuc, bref, et de ypáow,

j'écris), quels qu'en soient les procédés. Le désir ou plutôt le besoin de réduire l'écriture, soit pour lui faire occuper moins d'espace, soit pour en rendre l'exécution plus rapide, soit encore, comme l'ont pensé quelques-uns, pour dérober au vulgaire la connaissance de certains textes, fit imaginer chez les peuples les plus anciens divers systèmes abréviateurs. Ceux-ci, transmis de siècle en siècle, s'ils ne furent pas toujours régulièrement suivis, en firent paître d'autres, qui n'étaient souvent que d'ingénieuses combinaisons des premiers systèmes.

Les nombreuses abréviations qui surchargent les écritures du moyen âge, au point de les rendre souvent indéchiffrables, dérivent elles-mêmes des sigles, des notes de Tiron, des lettres monogrammatiques ou conjointes, des lettres enclavées et de quelques signes particuliers : tous modes abréviateurs romains introduits, avec l'écriture et la langue latines, dans les Gaules, après la conquête de Jules César, et qui tous s'y conservèrent pendant plusieurs siècles. Ainsi :

Les sigles, genre d'abréviation où les mots sont représentés par quelques-unes de leurs lettres constituantes, et souvent aussi par leur seule initiale , furent employés non-seulement sur les monnaies et les inscriptions qui datent de la domination romaine, mais encore dans les inscriptions lapidaires et métalliques des premiers temps du moyen âge, où les copistes les utilisèrent même dans la transcription des manuscrits 1.

4 « Au moyen de ces sigles ou lettres initiales, disent les bénédictins diplomatiques, on écrivait les mots avec la plus grande célérité. Un ancien poëte en relève ainsi les avantages :

hic et erit felix scriptor, cui littera verbum est. On fit usage de cette écriture abrégée tant dans les affaires publiques que particulières, dans les inscriptions et les manu

Les NOTES DE TIRON 4, sténographie composée de lettres tronquées et de signes dont l'exécution rapide permettait de suivre la parole, étaient plus spécialement usitées pour recueillir des discours, prendre des notes et obtenir de promptes transcriptions. Plusieurs diplômes de nos rois de la première race ont été écrits en notes tironiennes ? ; on les réservait aussi pour de certains écrits qu'on voulait tenir secrets. L'usage de ces notes se soutint en France jusqu'au ixe siècle. (Voy. le Spécimen de ce genre d'écriture, p. XLVIII.)

Quant aux LETTRES MONOGRAMMATIQUES ou conjointes, aux lettres enclavées, c'étaient moins des abréviations proprement dites qu'un moyen de

scrits, dans les lois et les décrets, les discours et les lettres. Les magistrats et les jurisconsultes s'approprièrent un grand nombre de sigles qu'on appelle juridiques. » Puis ils citert le Virgile d’Asper de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, écrit tout en sigles, dont le premier vers commençait ainsi : Tytire t. p. r. s. t. f.

- Ainsi appelées du nom d'un affranchi de Cicéron qui avait porté au plus haut degré de perfection ces notes, dont l'invention est attribuée à Ennius,

Dom Carpentier, dans son Alphabetum Tironianum, a publié cinquante-quatre diplômes appartenant au règne de Louis le Débonnaire. « Les notes vulgairement appelées tironiennes furent cependant employées à transcrire des livres entiers, tels que les Psautiers de Strasbourg, de la Bibliothèque du Roi, estimé du Xe siècle, de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, beaucoup plus apcien, et celui de Saint-Remi de Reims. » Les BB. Diplom.)

resserrer l'écriture dans un petit espace. Les inscriptions métalliques et lapidaires du moyen âge contiennent beaucoup de ces lettres. (Voy. les Spécimens, p. 117, et les Inscriptions représentées P. XLVII, nos II et III.)

Les SIGNES particuliers dont nous avons parlé ont été empruntés pour la plupart aux notes de Tiron. Les Romains s'en servaient pour représenter des nombres, des poids, des mesures, des particules et beaucoup de mots d'un usage fréquent.

Tous ces modes abréviateurs, sans parler encore des lettres renversées et retournées, furent, outre l'écriture ordinaire, d'un emploi constant et régulier dans les Gaules pendant l'occupation romaine. Dès le moyen âge, et même bien après l'invasion des barbares et des Francs, qui apporta tant de modifications dans les usages romains, les graveurs en lettres, les scribes et les copistes se servirent encore de ces divers modes d'abréger l'écriture. Mais l'obscurité ou l'équivoque causées par les sigles, déjà bannis pour cette raison des livres de droit par une loi de l'empereur Justinien 1, et la difficulté de lire et de pratiquer la sténographie tironienne comprenant plus de cinq mille notes, firent aban

1 En 625. Bien plus tard encore, en 868, l'empereur Basile fit défense d'employer dans le même cas ce genre d'abréviation.

« VorigeDoorgaan »