Histoire de la marine française, Volume 3

Voorkant
Dentu, 1845
0 Recensies
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 10 - Le principe de ne faire aucun mouvement que d'après un signal de l'amiral est un principe d'autant plus erroné , qu'un capitaine de vaisseau est toujours maître de trouver des raisons pour se justifier d'avoir mal exécuté les signaux qu'il a reçus. Dans toutes les sciences nécessaires à la guerre, la théorie est bonne pour donner des idées générales, qui forment l'esprit; mais leur stricte exécution est toujours dangereuse : ce sont les axes qui doivent servir à tracer la courbe. D'ailleurs,...
Pagina 347 - ont donc trouvé un maître ! Voilà l'homme qui m'aidera à » les exterminer. Je veux qu'avant deux ans, il n'en reste plus ° un seul dans l'Inde, et qu'ils n'y possèdent pas un pouce > de terrain. » El, s'adressant à M. Piveron de Morlat : « Ecrivez, lui dit-il , à cet homme extraordinaire, que j'ai le » plus grand désir de le voir, de l'embrasser et de lui témoi» gner toute mon admiration pour son héroïque valeur.
Pagina 381 - ... tant à cause de la fumée du canon, dont il est enveloppé, que par l'attention qu'il est obligé de porter à la manœuvre particulière du vaisseau sur lequel son pavillon est arboré; considérant...
Pagina 10 - ... topographiques, la facilité que donnent l'éducation et l'habitude de lire sur ces cartes peuvent être de quelque secours. Un général en chef de mer dépend plus de ses capitaines de vaisseau, qu'un général en chef de terre de ses généraux. Ce dernier a la faculté de prendre lui-même le commandement direct des troupes, de se porter sur tous les points et de remédier aux faux mouvemens par d'autres. Le général de mer n'a personnellement d'influence que sur les hommes du vaisseau où...
Pagina 357 - Suffren doit être à jamais mémorable dans l'histoire; car il est sans exemple qu'un des plus puissants souverains de l'Asie se soit déplacé de plus de quarante lieues, avec une armée de 80,000 hommes, dans le seul but de donner un témoignage de son estime à un général étranger.
Pagina 74 - Le ier septembre, au point du jour, on aperçut l'armée ennemie à sept ou huit lieues au vent de l'armée combinée, et dès lors, à portée d'entrer dans la baie de...
Pagina 385 - M. de Bussy de nous attaquer ; il lui offre de débarquer la plus grande partie de ses équipages, et de les conduire lui-même donner l'assaut à notre camp.
Pagina 9 - Ils étaient d'nilleurs influencés tous deux par les représentât« du peuple, qui n'ayant aucune expérience, autorisaient de fausses opérations. Le principe de ne faire aucun mouvement que d'après un signal de l'amiral, est un principe d'autant plus erroné, qu'un capitaine de vaisseau est toujours maître de trouver des raisons pour se justifier d'avoir mal exécuté les signaux qu'il a reçus. Dans toutes les sciences nécessaires à la guerre, la théorie est bonne pour donner des idées...
Pagina 84 - Versailles, le 19 janvier 1780:, . .. « Je voudrais, madame, n'avoir point à vous annoncer des grâces trop amères pour vous; mais puisque la fin glorieuse de M. du Couëdic, ne laisse à SM que le triste avantage de répandre des bienfaits sur sa famille, il faut , qu'en mêlant mes larmes avec les vôtres, je vous fasse part de ses intentions : SM vous accorde deux mille livres de pension * payables à la fin de chaque 'année , sur son trésor royal , et cinq cents livres...
Pagina 382 - ... que vous jugerez à propos de faire faire « à l'armée navale dont je vous ai confié le commandement « et d'en presser l'exécution. »

Bibliografische gegevens