De l'influence des croisades sur l'état des peuples de l'Europe

Voorkant
Tilliard, frères, 1809 - 336 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 204 - ... du côté de la réflexion et du système. On ne peut douter que les croisades n'aient influé sur cette révolution. On sait que , dans ces grandes émigrations , tous les peuples , et par conséquent toutes les langues , se mêlèrent : Français, Italiens , Anglais et Allemands , tout se rapprocha. L'habitant des bords de la Tamise et du Tibre fut obligé de converser et de traiter avec celui qu,i étoit né sur les bords de la Loire ou du Danube.
Pagina 207 - ... pour les tours , et quelquefois pour la syntaxe , beaucoup plus d'analogie avec la langue de Démosthène et de Sophocle, qu'avec celle de Cicéron et de Térence. Cette analogie ou ce rapport dut augmenter à la renaissance des lettres. Plusieurs savans dans tous les genres , qui dans Paris avaient l'ambition de passer pour des citoyens d'Athènes, nous donnèrent encore un grand nombre de mots empruntés de la langue qu'ils admiraient. Seulement ces mots se déguisèrent sous une terminaison...
Pagina 251 - Ils peuvent se réduire à trois : l'association jurée et autorisée par titre authentique ; la rédaction et la confirmation des usages et coutumes ; l'attribution de droits et...
Pagina 191 - Les seuls livres qui peuvent nous instruire à fond de cette matière , ont été jetés au hasard sur toute la surface de la terre ; et il faut se résoudre à la fatigue et au péril de les chercher et de les ramasser.
Pagina 328 - Maroc a mandé qu'avec tous les infi> dèles, il combattrait tous les rois Chrétiens. Il a ordonné à » tous ses Maures, Arabes et Andalousistes, de s'armer contre » la foi de Jésus-Christ, et il n'y en a pas un, gras ou maigre, > qui ne s'assemble plus menu et dru que la pluie. Ces cha> rognes, faites pour servir de pâture...
Pagina 204 - Il est impossible que, dans un espace de plus de deux cents ans , tous ces idiomes n'aient beaucoup emprunté les uns des autres, et ne se soient mutuellement enrichis. La douceur même du climat de l'Asie , l'établissement dans ces beaux lieux , de nouvelles idées et des sensations nouvelles, le commerce, les négociations et les traités avec les Sarrasins et les Arabes, qui avaient alors des connaissances et des lumières, devaient nécessairement ajouter aux trésors des langues.
Pagina 206 - C'est peut-être là parmi nous l'époque de cette foule de mots grecs que nous avons adoptés; c'est pour cette raison peut-être que notre langue , qui , dans son origine , a été formée en partie des débris de la langue romaine , a cependant , pour les mouvemens et pour les tours , et quelquefois pour la syntaxe , beaucoup plus d'analogie avec la langue de Démosthène et de Sophocle, qu'avec celle de Cicéron et de Térence.
Pagina 276 - L'esprit de défiance qui régnait alors faisait estimer ces cautèles, car on les appelait ainsi; et celui-là passait pour le plus habile qui en mettait le plus et qui faisait les actes les plus prolixes : ce fut là une tendance fâcheuse.
Pagina 108 - Montluc, qu'est nostre maison, avec autant de perils et hazards de ma vie, que soldat ny capitaine aye jamais fait , sans avoir eu en ma vie aucun reproche de ceux qui me commandoient, ains autant favorisé et estimé que capitaine qui fust es armées où je me suis trouvé. Que s'il y avoit quelque entreprinse de grande importance, et hazardeuse...
Pagina 316 - Cariath-Sepher, la ville des lettres; c'est le laboratoire où la sagesse met en œuvre les métaux tirés de ses mines d'or et d'argent, dont elle compose les ornements de l'Église, et le fer dont elle forge ses armes.

Bibliografische gegevens