La Correspondance littéraire: critique, beaux-arts, érudition

Voorkant
A. Durand, 1857
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 117 - D'ANNE DE BRETAGNE Précédé d'une complainte sur la mort de cette princesse et de sa généalogie. Le tout composé par Bretaigne , son héraut d'armes. Publié pour la première fois , avec une introduction et des notes, par L. MERLET et Max. DE GOMBERT.
Pagina 168 - Mémoires complets et authentiques sur le siècle de Louis XIV et la Régence, collationnés sur le manuscrit original par M.
Pagina 170 - Et j'entre, et c'est d'abord un silence profond, Une nuit calme et noire; aux poutres du plafond Un rayon de soleil, seul, darde sa lumière, Et tout autour de lui fait danser la poussière. Chaque objet cependant s'éclaircit; à deux pas, Je vois le lit de chêne et son coffre, et plus bas (Vers la porte, en tournant), sur le bahut énorme, Pêle-mêle, bassins, vases de toute forme, Pain de seigle, laitage...
Pagina 82 - Il est, à ce que disent tous les savants, un des plus savants hommes de son siècle. Cependant on peut dire de lui qu'il n'est pas un docteur tout cru; mais sa science est si bien digérée qu'il ne paraît dans sa conversation ordinaire que du bon sens et de la raison.
Pagina 170 - Et dans ces souvenirs où je me sens revivre, Mon pauvre cœur troublé se délecte et s'enivre ! Aussi, sans me lasser, tous les jours je revois Le haut des toits de chaume et le bouquet de bois, Au vieux puits la servante allant...
Pagina 171 - J'arrivai, plein des feux de leur volcan sacré, Mûri par leur soleil, de leurs arts enivré; Mais dès que je sentis, ô ma terre natale ! L'odeur qui des genêts et des landes s'exhale, Lorsque je vis le flux, le reflux de la mer, Et les tristes sapins se balancer dans l'air...
Pagina 209 - France, votre pays; cependant, avec toute la bonne volonté que j'ai pour vous, je ne saurais vous permettre de jouer votre comédie. Je suis persuadé qu'elle est fort belle et fort instructive, mais il ne convient pas à des comédiens d'instruire les hommes sur les matières de la morale chrétienne et de la religion : ce n'est pas au théâtre à se mêler de prêcher l'Évangile.
Pagina 147 - M. de Talleyrand me disait un jour : « Qui n'a pas vécu « dans les années voisines de 1789 ne sait pas ce que c'est
Pagina 267 - Le voyage du Pape et le couronnement sont dans ce moment le sujet de toutes les conversations. L'Ambassadeur du Pape est fort heureux, je vous l'assure, d'être parti d'ici. Toute la politesse imaginable ne l'empêcherait pas d'entendre des choses désagréables. Tout est miraculeusement mauvais dans la Révolution Française : mais pour le coup, c'est le nee plus ultra.
Pagina 14 - En arrivant ici, madame de Lavardin me parla de l'oraison funèbre de Fléchier ; nous la fîmes lire; et je demande mille et mille pardons à M. de Tulle; mais il me parut que celle-ci...

Bibliografische gegevens