Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

et les historiens éclairés se sont appuyés avec raison sur ce langage égoïste pour condamner son caractère. Mais si, lorsque ce monarque plaça son petit-fils sur le trône d'Espagne, il lui avoit enseigné publiquement la même doctrine que Bonaparte enseignoit à son neveu, peutêtre que Bossuet lui-même n'auroit pas osé préférer les intérêts des rois à ceux des nations ; et c'est un homme elu par le peuple, qui a voulu mettre son moi gigantesque à la place de l'espèce humaine ; et c'est lui que les amis de la liberté ont pu prendre un instant pour le représentant de leur cause! Plusieurs ont dit : Il est l'enfant de la révolution. Oui, sans doute, mais un enfant parricide : devoient-ils donc le reconnoître ?

munumowowwwwwwwwwwwwwwwwwwwmounmummum

CHAPITRE XVIII.

De la doctrine politique de Bonaparte.

Un jour M. Suard, l'homme de lettres françois qui réunit au plus haut degré le tact de la littérature à la connoissance du grand monde, parloit avec courage devant Napoléon sur la peinture des empereurs romains dans Tacite. Fort bien, dit Napoléon ; mais il devoit nous expliquer pourquoi le peuple romain toléroit et même aimoit ces mauvais empereurs. C'étoit ce qu'il importoit de faire connoître à la postérité. Tâchons de ne pas mériter , relativement à l'empereur de France lui-même, les reproches qu'il faisoit à l'historien romain.

Les deux principales causes du pouvoir de Napoléon en France ont été sa gloire militaire avant tout, et l'art qu'il eut de rétablir l'ordre sans attaquer les passions intéressées que la révolution avoit fait naître. Mais tout ne consistoit pas dans ces deux problèmes.

On prétend qu'au milieu du conseil d'état, Napoléon montroit dans la discussion une sagacité universelle. Je doute un peu de l'esprit . Tome II.

25..

d

qu'on trouve à un homme tout-puissant; il nous en coûte davantage à nous autres particuliers, pour gagner notre vie de célébrité. Néanmoins on n'est pas quinze ans le maître de l'Europe, sans avoir une vue perçante sur les hommes et sur les choses. Mais il y avoit dans la tête de Bonaparte une incohérence, trait distinctif de tous ceux qui ne classent pas leurs pensées sous la loi du devoir. La puissance du commandement avoit été donnée par la nature à Bonaparte, mais c'étoit plutôt parce que les hommes n'agissoient point sur lui, que parce qu'il agissoit sur eux, qu'il parvenoit à en être le maître; les qualités qu'il n'avoit pas lui servoient autant que les talens qu'il possédoit, et il ne se faisoit obéir qu'en ayilissant ceux qu'il soumettoit. Ses succès sont étonnans, ses revers plus étonnans encore; ce qu'il a fait avec l'énergie de la nation est admirable; l'état d'engourdissement dans lequel il l'a laissée, peut à peine se concevoir. La multitude d'hommes d'esprit qu'il a employés est extraordinaire; mais les caractères qu'il a dégradés nuisent plus à la liberté que toutes les facultés de l'intelligence ne pourroient y servir. C'est à lui

surtout que peut s'appliquer la belle image du · despotisme dans l'Esprit des lois : il a coupé

l'arbre par la racine pour en avoir le fruit; et peut-être a-t-il desséché le sol même.

Enfin Bonaparte, maître absolu de quatrevingts millions d'hommes , ne rencontrant plus d'opposition nulle part, n'a su fonder ni une institution dans l'état, ni un pouvoir stable pour lui-même. Quel est donc le principe destructeur qui suivoit sės pas triomphans? quel est-il? le mépris des hommes, et par conséquent de toutes les lois, de toutes les études,

de tous les établissemens, de toutes les élections, dont la base est le respect pour l'espèce humaine. Bonaparte s'est enivré de ce mauvais vin du machiavélisme ; il ressembloit sous plusieurs rapports aux tyrans italiens du quatorzième et du quinzième siècles; et, comme il avoit peu lu, l'instruction ne combattoit point dans sa tête la disposition naturelle de son caractère. L'époque du moyen âge étant la plus brillante de l'histoire des Italiens, beaucoup d'entre eux n'estiment que trop les maximes des gouvernemens d'alors; et ces maximes ont toutes été recueillies par Machiavel.

En relisant dernièrement en Italie son fameux écrit du Prince, qui trouve encore des croyans parmi les possesseurs du pouvoir , un fait nouveau et une conjecture nouvelle m'ont

ar pre zestion. D'abord on niet de muisher, an 8:3, des lettres de Macbind, rares dans les manuscrits de la bathothéque Barberie, qui prorrent positivement que c'est

* raccommoder zrec le Médicis quila putne le Prinz. O la zvoit fait sabir la greste à cu de ses efforts en faveur de la Bete: 2 to reme, malade, et sans resSORDE; 1 transiges, mais après la torture : en terte, roe cede à moins de nos jours.

Ce trate dhe Prince, ou l'on retrouve malheurensement la superiorité d'esprit que Machiard aroet développée dans une meilleure cause, n'a point été composé, comme on l'a cru, pour faire hair le despotisme a montrant quelles affreuses ressources les despotes doivent employer poor maintenir. Cest une supposition trop détournée pour être admise. Il me semble plutôt que Machiavel, détestant avant tout le joug des étrangers en Italie , toléroit et encourageoit même les moyens, quels qu'ils fussent, dont les princes du pays pouvoient se servir pour être les maitres, espérant qu'ils seroient assez forts un jour pour repousser les troupes allemandes et francoises. Machiavel analyse l'art de la guerre dans ses écrits, comme les hommes du métier pourroient le faire; il

« VorigeDoorgaan »