Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

COL ET TE. Ma Cousine, je vous entends. Je fais que le Procureur Fiscal & ma-Mere font brouillez. Peut-être ma Mere ne voudra-t-elle pas que j'épouse Valere. Je vais prier le Magister Nicolas de les réconcilier.

MATHURIN E. Le Magifter eft homme d'esprit : Je compte beaucoup sur lui.

COLETT E. Je vais le trouver pour le presser de faire cet accommodement... Ma Mere vient. Je te laille avec elle.

x

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

Cet air triste & fauvage?
Tout vous rit dans ces beaux lieux;
Au plaisir tout vous engage.

Mde. THOMAS.

Que l'état du veuvage
Me paroît ennuyeux!

MATHURIN E.

Vous ne pleurez pas votre mari, peut-être!

AIR 5. (Quand le péril eft agréable)

Un vieil Epoux sombre & fevere
N'est regreté que foiblement:
L'Epoux même le plus charmant

Quelque fois ne l'et guere.

Mde. THOMAS

Ah! ma chere Niéce, tel que fût mon pauvre Mari, il m'étoit d'un grand secours ! AIR 15. (Je ne suis ni Roy, ni Prince)

Qué de soins mon état renferme !
Une grande fille, une Ferme;
Toujours des procez sur les bras;
Tantôt acheter, tantôt vendre.
Sans mon pauvre Valet Lucas,
Saurois-je par quel bout m'y prendre ?

Oui. Ce Garçon-là fait toute ma confolation.

MATHURIN E.

Oh! pour cela, il a bien du mérite!

Mde. TH O M A S.

N'est-ce pas , ma Niéce?

MATHURINE.

Oui, vraiment, ma Tante.

Mde. THOŃ A.Ş.

AIR 60. (Tique, rique, tague)

Il n'est rien de plus parfait bis,
Que cet aimable Valet. bis.

A l'ouvrage il se deméne:
Tique, tique, taque, & lon-lan-la :

Il en vaut une douzaine."

MA THURIN E.

Le bon Valet que voilà !

Mde. THOMAS,

Tous les autres sont des faineans; lui seul est né pour le travail.

MATHURIN E.

C'est la piéce de réfstance.

Mde. THOMAS.

[ocr errors]

Vous avez de l'esprit, ma Niéce ; & je vous crois capable de me donner conseil sur une affaire importante. Je songe à me remarier.

1

MATHURINE, Surprise.

Ah, ha!

,

Mde.. THOM A S.

Air 95. (Quand on a prononcé ce malheureux Oni)

Ne t'imagine pas que ce soit par caprice;
Mais je veux empêcher que mon bien ne pérille.
J'ai besoin d'un Mari vigilent, entendu;
Et je pense à Lucas. Que me conseilles-tu?

MATHURINE, froidement.

Tout ce qu'il vous plaira, ma Tante.

Mde. THOM A S.

AIR 5. (Quand le péril eft agréable)

Il est grand, il a belle face.
Là, franchement, ne crois-tu pas

Qu'il puiffe du deffunt Thomas

Fort bien remplir la place?

MATHURINE, d'un air mécontent,

C'est votre affaire, ma Tante.

Mde. THOM A S.

Mais, c'est-ce que tu n'approuve pas mon choix

M A THURIN E.

Si vous voulez que je vous parle naturellement, je ne vois pas qu'il soit neceffaire que vous l'épouliez, puisqu'il fait vos affaires avec zéle.

[ocr errors]

Mde. THOMAS.
AIR 56. (Pour passer doucement la vie)

Oh! ce sera bien autre chose,
Quand j'aurai joint fon fort au mien.

MATHURIN E.
Quelle erreur !

Valet qui jamais ne repose,
Devenu Maître, ne fait rien.

Mde. THOMAS

[ocr errors]

Je ne pense pas comme cela , moi. Je trouve que ce Garçon-là est bien mon fait.

MA,

« VorigeDoorgaan »