Recueil des Travaux, Volume 7;Volume 16

Voorkant
1881
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 173 - C'est là ce qui vous fait valoir dans les compagnies, et si l'on ignore ces choses, je ne donnerais pas un clou de tout l'esprit qu'on peut avoir.
Pagina 140 - Mémoire historique et littéraire sur le Collège royal de France, par l'abbé Claude-Pierre Goujet. Paris, Lottin l'aîné, 1758, in-4°.
Pagina 246 - Historia de las cosas mas notables, ritos y costumbres, Del gran Reyno de la China...
Pagina 137 - Notes et documents pour servir à l'histoire de Lyon sous le règne de...
Pagina 272 - La ville d'Agen sous le sénéchalat de Pierre de Peyronenc, seigneur de...
Pagina 184 - Enfin, de nos jours, les auteurs de la Bibliothèque des écrivains de la compagnie de Jésus ont repris sa bibliographie, l'empruntant presque tout entière, il est vrai, aux Mémoires de Paquot.
Pagina 388 - Elle est d'égales dimensions dans les tablettes n"s 1 et 2 et semble, comme les inscriptions elles-mêmes, gravée par le même burin. La gravure du n° 3 offre quelques variantes pour la forme des lettres. Cette raison est-elle suffisante pour qu'on ose affirmer, qu'elle n'est pas de la même main? TABLETTE N° 1.— Le bronze ayant été...
Pagina 29 - ... mariée, comme elle va bien : Elle semble la fille d'un marchand. — Salue, mariée, tes voisins. Tu ne les verras pas tous les matins. Tes voisins tu peux saluer. Chaque matin tu ne les verras pas. Mariée, mets la main sur la tête. Dis : « Beau temps, où es-tu allé ? » La main sur la tête, le pied sur le four, Et dis adieu à tes beaux jours.
Pagina 173 - Et Littré ajoute que ce nom de coqueluche fut donné, au xve siècle, à une sorte de grippe, pour laquelle les malades se couvraient la tête d'un capuchon...
Pagina 248 - Salut, Lettres chéries, douces et puissantes consolatrices! Depuis que notre race a commencé à balbutier ce qu'elle sent et ce qu'elle pense, vous avez comblé le monde de vos bienfaits; mais le plus grand de tous, c'est la paix que vous pouvez répandre dans nos âmes. Vous êtes comme ces sources limpides, cachées à deux pas du chemin, sous de frais...

Bibliografische gegevens