Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

PERSONNAGES DE TARARE.

www

LE GÉNIE qui préside à la reproduction des êtres, ou LA NATURE. LE GÉNIE DU FEU qui préside au Soleil, amant de la Nature.

ATAR, roi d'Ormus, homme féroce et sans frein.

TARARE, soldat à son service, révéré pour ses grandes vertus.
ASTASIE, femme de Tarare, épouse aussi tendre que pieuse.

ARTHENÉE, grand-prêtre de Brama, mécréant dévoré d'orgueil et d'ambition.

ALTAMORT, général d'armée, fils du grand-prêtre, jeune homme imprudent et fougueux.

URSON, capitaine des gardes d'Atar, homme brave et plein d'honneur. CALPIGI, chef des eunuques, esclave européen, chanteur sorti des chapelles d'Italie, homme sensible et gai.

SPINETTE, esclave européenne, femme de Calpigi, cantatrice napolitaine, intrigante et coquette.

ÉLAMIR, jeune enfant des augures, naïf et très-dévoué.
PRÊTRE DE BRAMA.

UN ESCLAVE.

UN EUNUQUE.

VIZIRS.

ÉMIRS.

PRÊTRES de la vie, en blanc.

PRÊTRES de la mort, en noir.

ESCLAVES des deux sexes du sérail.

MILICE de la garde d'Atar.

SOLDATS.

PEUPLE nombreux.

La scène est dans le palais d'Atar; dans le temple de Brama; sur la place

de la ville d'Ormus, en Asie, près du golfe Persique.

ACTE PREMIER.

Nouvelle ouverture d'un genre absolument différent de la première.

(Les nuages qui couvrent le théâtre s'élèvent; on voit une salle du palais

d'Atar.)

SCÈNE I.

(Pendant que l'ouverture s'achève, des soldats nombreux sortent de chez l'empereur, portant des drapeaux persans déchirés et de riches dépouilles enlevées à l'ennemi.)

UN CHOEUR DE SOLDATS sur l'harmonie de l'ouverture.

CHANTONS la nouvelle victoire
Dont Tarare a toute la gloire.

Puisqu'on nous laisse enfin ces drapeaux qu'il a pris,
Qu'ils soient de sa valeur et la preuve et le prix.

SCÈNE II.

URSON, venant au-devant des soldats, leur dit à demi-voix :

Guerriers, si vous aimez Tarare,

Dans ce palais du moins cessez votre fanfare.
Vous avez trop vanté son courage éclatant :
L'empereur paraît mécontent.

PERSONNAGES DE TARARE.

LE GÉNIE qui préside à la reproduction des êtres, ou LA NATURE. LE GÉNIE DU FEU qui préside au Soleil, amant de la Nature.

ATAR, roi d'Ormus, homme féroce et sans frein.

TARARE, soldat à son service, révéré pour ses grandes vertus.

ASTASIE, femme de Tarare, épouse aussi tendre que pieuse.

ARTHENÉE, grand-prêtre de Brama, mécréant dévoré d'orgueil et d'ambition.

ALTAMORT, général d'armée, fils du grand-prêtre, jeune homme imprudent et fougueux.

URSON, capitaine des gardes d'Atar, homme brave et plein d'honneur. CALPIGI, chef des eunuques, esclave européen, chanteur sorti des chapelles d'Italie, homme sensible et gai.

SPINETTE, esclave européenne, femme de Calpigi, cantatrice napolitaine, intrigante et coquette.

ÉLAMIR, jeune enfant des augures, naïf et très-dévoué.
PRÊTRE DE BRAMA.

UN ESCLAVE.

UN EUNUQUE.

VIZIRS.

ÉMIRS.

PRÊTRES de la vie, en blanc.

PRÊTRES de la mort, en noir.

ESCLAVES des deux sexes du sérail.

MILICE de la garde d'Atar.

SOLDATS.

PEUPLE nombreux.

La scène est dans le palais d'Atar; dans le temple de Brama; sur la place

de la ville d'Ormus, en Asie, près du golfe Persique.

ACTE PREMIER.

Nouvelle ouverture d'un genre absolument différent de la première.

(Les nuages qui couvrent le théâtre s'élèvent; on voit une salle du palais

d'Atar.)

SCÈNE I.

(Pendant que l'ouverture s'achève, des soldats nombreux sortent de chez l'empereur, portant des drapeaux persans déchirés et de riches dépouilles enlevées à l'ennemi.)

UN CHOEUR DE SOLDATS sur l'harmonie de l'ouverture.

CHANTONS la nouvelle victoire
Dont Tarare a toute la gloire.

Puisqu'on nous laisse enfin ces drapeaux qu'il a pris,
Qu'ils soient de sa valeur et la preuve et le prix.

SCÈNE II.

URSON, venant au-devant des soldats, leur dit à demi-voix :

Guerriers, si vous aimez Tarare,

Dans ce palais du moins cessez votre fanfare.
Vous avez trop vanté son courage éclatant :
L'empereur paraît mécontent.

LES SOLDATS se pelotonnent et chantent en chœur d'un ton sourd.

Avez-vous vu sa contenance,

Et comme il restait en silence?
Portons nos chants en d'autres lieux

Le peuple nous entendra mieux.

(Ils sortent sans ordre et précipitamment.)

[blocks in formation]

La fureur vous égare.

Mon maître! o roi d'Ormus! grace, grace à Tarare!

ATAR.

Tarare! encor Tarare! Un nom abject et bas
Pour ton organe impur a donc bien des appas

CALPIGI.

!

Quand sa troupe nous prit, au fond d'un antre sombre,

Je défendais mes jours contre ces inhumains.
Blessé, prêt à périr, accablé par le nombre,
Cet homme généreux m'arracha de leurs mains.
Je lui dois d'être à vous, seigneur, faites-lui grace.

ATAR.

Qui? moi, je souffrirais qu'un soldat eût l'audace
D'être toujours heureux quand son roi ne l'est pas!

CALPIGI.

A travers le torrent d'Arsace,

Il vous a sauvé du trépas;

Et vous l'avez nommé chef de votre milice.

« VorigeDoorgaan »