Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

Il laisse le trône à Tarare.

TARARE vivement.

Et moi je ne l'accepte pas.

CHOEUR GÉNÉRAL exalté.

Tous les torts de son règne, un seul mot les répare: Il laisse le trône à Tarare.

TARARE avec dignité.

Le trône est pour moi sans appas :
Je ne suis point né votre maître.
Vouloir être ce qu'on n'est pas,
C'est renoncer à tout ce qu'on peut être.
Je vous servirai de mon bras:
Mais laissez-moi finir en paix ma vie
Dans la retraite avec mon Astasie.

(Il lui tend les bras, elle s'y jette.)

SCÈNE VIII.

LES ACTEURS PRÉCÉDENS, URSON tenant dans sa main la couronne d'Atar.

URSON prend la chaîne de Tarare.

Non, par mes mains, le peuple entier

Te fait son noble prisonnier :

Il veut que de l'état tu saisisses les rênes.
Si tu rejetais notre foi,

Nous abuserions de tes chaînes
Pour te couronner malgré toi.

(Au grand-prêtre.)

Pontife, à ce grand homme Atar lègue l'Asie;
Consacrez le seul bien qu'il ait fait de sa vie :
Prenez le diadème, et réparez l'affront
Que le bandeau des rois a reçu de son front.

ARTHENÉE prenant le diadème des mains d'Urson.
Tarare, il faut céder!

TOUT LE PEUPLE s'écrie.

Tarare, il faut céder!

ARTHENÉE.

Leurs désirs sont extrêmes.

TOUT LE PEUPLE.

Nos désirs sont extrêmes.

ARTHENÉE.

Sois donc le roi d'Ormus.

TOUT LE PEUPLE.

Sois, sois le roi d'Ormus.

ARTHENÉE à part.

(Arthenée lui met la couronne sur la tête au bruit d'une fanfare.) Il est des dieux suprêmes.

SCÈNE IX.

(Il sort.)

TOUS LES PRÉCÉDENS, excepté le grand-prêtre.

(Calpigi et Urson se jettent à genoux, et ôtent dans cette posture les chaînes de Tarare.)

TARARE pendant qu'on le déchaîne.

Enfans, vous m'y forcez, je garderai ces fers;
Ils seront à jamais ma royale ceinture.
De tous mes ornemens devenus les plus chers,
Puissent-ils attester à la race future

Que, du grand nom de roi si j'acceptai l'éclat,
Ce fut pour m'enchaîner au bonheur de l'état!
(Il s'enveloppe le corps de ses chaînes.)

CHOEUR GÉNÉRAL avec ivresse.

Quel plaisir de nos cœurs s'empare!

Vive notre grand roi Tarare!
Tarare, Tarare, Tarare!

La belle Astasie et Tarare!

Nous avons le meilleur des rois :

Jurons de mourir sous ses lois.

URSON.

Les fiers Européans marchent vers ces états;
Inaugurons Tarare, et courons aux combats.

(Les soldats et le peuple placent Tarare et Astasie sous le dais où Atar était assis pendant la prière publique. On danse militairement devant eux. Puis Urson et Calpigi, entourés du peuple, chantent ce duo.)

URSON et CALPIGI.

Roi, nous mettons la liberté
Aux pieds de ta vertu suprême.
Règne sur ce peuple qui t'aime,
Par les lois et par l'équité.

DEUX FEMMES en duo.

Et vous, reine, épouse sensible,
Qui connûtes l'adversité,

Du devoir souvent inflexible
Adoucissez l'austérité.

Tenez son grand cœur accessible
Aux soupirs de l'humanité.

CHOEUR GÉNÉRAL.

Roi, nous mettons la liberté

Aux pieds de ta vertu suprême;
Règne sur ce peuple qui t'aime,
Par les lois et par l'équité.

(Danse des premiers sujets dans tous les genres. Au milieu de la fête, un, coup de tonnerre se fait entendre, le théâtre se couvre de nuages on

voit paraître au ciel, sur le char du soleil, la Nature et le génie du Feu.) 30

II.

SCÈNE X.

LES ACTEURS PRÉCÉDENS, LA NATURE ET LE GÉNIE DU FEU.

LE GÉNIE DU FEU.

Nature! quel exemple imposant et funeste!
Le soldat monte au trône, et le tyran est mort!

LA NATURE.

Les dieux ont fait leur premier sort.
Leur caractère a fait le reste.

(Le tonnerre recommence. Les nuages s'élèvent. On voit dans le fond toute la nation à genoux, son roi à la tête.)

CHOEUR GÉNÉRAL très-éloigné.

De ce grand bruit, de cet éclat,

O ciel! apprends-nous le mystère!

LA NATURE et LE GÉNIE DU FEU majestueusement. Mortel, qui que tu sois, prince, Brame ou soldat, Homme! ta grandeur sur la terre N'appartient point à ton état;

Elle est toute à ton caractère.

(A mesure que la Nature et le Génie prononcent les vers ci-dessus, ils se peignent en caractères de feu dans les nuages. Les trompettes sonnent; le tonnerre reprend; les nuages les couvrent; ils disparaissent. La toile tombe.)

FIN DU SECOND VOLUME.

« VorigeDoorgaan »