Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic][subsumed][ocr errors][subsumed][ocr errors][merged small]

CHEZ LAMARCHE ET DROUELLE, LIBRAIRES, PLACE SAINT-ÉTIENNE.

A PARIS,

A LA LIBRAIRIE ARCHÉOLOGIQUE DE VICTOR DIDRON, RUE HAUTEFEUILLE, 13.

DES TRAVAUX

DE LA

COMMISSION DÉPARTEMENTALE

DES ANTIQUITÉS

DE LA CÔTE-D'OR,

du 14 août 1846 au 14 août 1847.

MESSIEURS,

A LA fin de chaque année, les Sociétés savantes sont dans l'usage de se rendre

compte des différents travaux auxquels leurs membres se sont livrés pendant cette durée. La Commission départementale des Antiquités de la Côte-d'Or s'étant toujours conformée à cet usage, je viens vous soumettre le détail des travaux divers qui ont rempli vos séances; mais, pour éviter la confusion et faciliter les recherches, nous diviserons notre travail en plusieurs parties: la première traitera des travaux des membres; la seconde, des dons faits à la Commission; et la troisième, des ouvrages imprimés qui lui ont été adressés.

SI.

M. Henri Baudot a appelé l'attention de la Commission sur plusieurs monu

ments funéraires placés précédemment dans la cathédrale, appartenant l'un aux frères Rigoley, les autres à Mme de Milly et à Mme de Valon. Ces monuments étaient déposés dans la cour du séminaire, et destinés à être vendus.

Les démarches faites auprès de l'autorité ont fait arrêter cette vente, et ces monuments sont conservés aux arts. Le monument des frères Rigoley est actuellement placé dans une des chapelles du collatéral gauche de l'église Saint-Michel, et ceux de M. de Milly et de Marguerite de Valon (1) sont déposés dans le Musée archéologique de la Commission.

Le même membre a lu une notice sur deux statuettes en bronze trouvées par M. Baron fils sur le territoire de Pierre, commune limitrophe des départements de la Côte-d'Or et Saône-et-Loire, où fut trouvée, il y a deux ans, une statuette de Diane faisant aujourd'hui partie du cabinet du roi à Paris.

Dans sa notice, M. Baudot regarde l'une de ces statuettes, représentant une reine couronnée et élégamment drapée de la peau de lion, comme appartenant à Omphale; et l'autre, représentant un vieillard tenant de la main gauche un vase, comme devant se rapporter à Esculape. Il fait remarquer le grand rapport qui existe entre cette statuette et celle possédée par M. Madénié, qui vous a été présentée dans le temps, et qui se trouve décrite et figurée dans les Mémoires de la Commission, 1835, p. 218-219, pl. I.

M. Baudot soumet à l'examen de la Commission une statuette d'évêque dont la mitre est surbaissée. L'intérêt présenté par celte statuette a engagé la Commission à l'acquérir.

Le même membre a fait un rapport sur le résultat des travaux relatifs à la crypte de Saint-Benigne. Les objets recouvrés donnent l'espérance d'en retrouver d'autres, et de rendre à cette crypte son ancienne importance.

M. Larché fait voir à la Commission une bague antique en or, dont la pierre ou le chaton de jaspe rouge, gravé en creux, représente un sarcophage égyptien, dont la momie laisse passer les deux bras étendus horizontalement. Le sarcophage est accompagné de deux ibis; leur tête est ornée d'une tige portant latéralement trois divisions superposées. La partie qui surmonte le sarcophage est placée entre deux étoiles. Sous le bras et entre les ibis on voit les trois signes hiéroglyphiques

Cette bague, trouvée aux environs d'Autun, est une nouvelle preuve des relations qui existaient entre l'Egypte et les Gaules, comme l'avait déjà indiqué le bousier sacré trouvé à Semur. Tom. II, p. XLIX.

M. de Saint-Mémin a lu à la Commission la note suivante sur des médailles trouvées dans le territoire de Plombières lez-Dijon:

(1) Ce dernier est mentionné dans Dijon ancien et moderne, 1840, p. 169; ouvrage où se trouve, p. 162-167, une lettre de N. Renon relative aux monuments placés dans la Cathédrale.

« VorigeDoorgaan »