Bulletin mensual de l'Académie delphinale

Voorkant
Prudhomme, 1867
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.

Vanuit het boek

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 3 - Vous ne savez guère ce que vous dédaignez ; j'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés. Croyez qu'il n'ya pas de plate méchanceté, pas d'horreurs, pas de conte absurde, qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville en s'y prenant bien ; et nous avons ici des gens d'une adresse!...
Pagina xiii - SEINE-ET-OISE. — Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, Versailles.
Pagina 141 - Notre premier objet, celui que nous ne devons jamais perdre de vue, c'est l'étude de l'esprit humain, non pour en découvrir la nature, mais pour en connoître les opérations...
Pagina 112 - Pour ce qui est de la l'ie de Molière, franchement ce n'est pas un ouvrage qui mérite qu'on en parle. Il est fait par un homme ' qui ne savait rien de la vie de Molière, et il se trompe dans tout, ne sachant pas même les faits que tout le monde sait.
Pagina xiii - LOIRE (HAUTE-). — Société d'agriculture, sciences, arts et commerce du Puy. LOIRE-INFÉRIEURE. — Société académique de Nantes.
Pagina 146 - Elles sont notre ouvrage, parce que ce sont des conventions que nous avons faites : cependant nous ne les avons pas faites seuls; la nature les faisait avec nous, elle nous les dictait, et il n'était pas en notre pouvoir d'en faire d'autres.
Pagina xvi - J'ai l'honneur de vous rappeler que, dans les deux sections d'histoire et d'archéologie, aucun mémoire ne sera admis pour les lectures de la Sorbonne, s'il n'a été préalablement lu devant une Société savante des départements et jugé digne par cette Société de m'être proposé puur la lecture publique.
Pagina 158 - De crainte que le défaut de ressources pécuniaires n'empêche les personnes pauvres et misérables de faire valoir leurs droits par-devant nos Conseils , nous voulons qu'un avocat général des pauvres réside continuellement dans notre ville de Chambéry , et qu'on choisisse pour cet office un homme capable et de grande probité. Il défendra les causes des gens dénués de fortune par-devant nos Conseils , nos tribunaux inférieurs et même les tribunaux
Pagina 151 - Si les lois, dira-t-on, sont des conventions, elles sont donc arbitaires. Il peut y en avoir d'arbitraires ; il n'y en a même que trop : mais celles qui déterminent si nos actions sont bonnes ou mauvaises, ne le sont pas et ne peuvent pas l'être. Elles sont notre ouvrage, parce que ce sont des conventions que nous avons faites : cependant nous ne les avons pas faites seuls...
Pagina 167 - Mais cette institution n'avait chez nous qu'un rapport éloigné avec le trop fameux tribunal qui a couvert l'Espagne de bûchers. C'était une espèce de conseil , présidé par un théologien habile, et qui avait pour but de rechercher les hérétiques, rarement pour implorer contre eux le bras séculier , mais plutôt pour les ramener, par la persuasion, dans les voies de l'orthodoxie. Et quand ce conseil dépassait les limites de ses attributions, il y était bien vite ramené par les plaintes...

Bibliografische gegevens