Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

GH
3
.

BULLETIN

DE LA

SOCIÉTÉ LINNÉENNE

DU NORD DE LA FRANCE.

TOME III.

(1876-1877)

Nos 43 à 66.

AMIENS

IMPRIMERIE DELATTRE-LENOEL

[blocks in formation]

RABUISSONS,

30.

1876-77.

[merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small]

N° 43. — fer Janvier 1876. — 5° Année. — T. III.

ADRESSER : Les Ouvrages, Manuscrits et Communications intéressant la rédaction du Bulletin, à M. René Vion, rue Voiture, 8, à Amiens.

Les demandes d'Abonnement et les Cotisations (en timbres-poste), à M. Edmond DELABY, Trésorier, rue Neuve, 10, Amiens.

Le Bulletin est envoyé gratuitement à tous les Membres payants ; il est adressé aux Sociétés scientifiques par voie d'échange.

Prix de l'abonnement, 3 fr. par an (2 fr. pour les Ecclésiastiques, les Instituteurs et les Institutrices).

[ocr errors]

SOMMAIRE. Séance générale du 13 novembre 1875, p. 4. — Chasse

aux Frelons, par L. Carpentier, p. 2. – Importance du Microscope, par R. Vion, p. 4. – Flore de la Somme, par E. Gonse, p. 7. — Bibliographie, par le Président de la Société, p. 9. Correspondance, Avis,

Séances, p. 42.
Table des auteurs et table des matières du tome second, p. 377-380.

[ocr errors]

EXTRAIT DES PROCÈS-VERBAUX.

SÉANCE GÉNÉRALE DU 13 NOVEMBRE 1875.

Présidence de M. GARNIER.

CORRESPONDANCE : - Accusé de réception et envoi d'ouvrages,

de la part : 1° de l'Académie des Sciences, Arts et Lettres du Wisconsin

; 2° de la Société Hollandaise des Sciences de Harlem ;

3° de la Société de lectures et de conversations scientifiques de Gênes.

Lettre de M. Le Riche formulant diverses propositions : 1° Adoption d'une couverture revêtue d'annonces, pour le 5° ANNÉE.

43

Bulletin ; 2° Division des Mémoires en fascicules plus fréquemment distribués; 3. Création d'un Annuaire des Naturalistes. — L'examen de ces diverses propositions est renvoyé à la Commission de publication.

M. le Président donne lecture du résumé bibliographique des nombreux volumes reçus depuis la dernière séance, et déposés sur le Bureau.

Les Secrétaires de sections rendent compte des divers et intéressants travaux qui ont fait l'objet de lectures dans les séances des Comités.

L'Assemblée s'occupe ensuite des modificalions aux Statuts et Règlement proposées par le Bureau. Les articles sont lus et discutés un à un. Sur la demande de plusieurs membres, le vote définitif sur l'adoption est remis à une prochaine séance, et il est décidé que les nouveaux Statuts seront d'ici-là déposés dans la Bibliothèque de la Société, à la disposition des membres qui voudraient les examiner, et y noter leurs observations.

M. L. Delambre présente un projet de diplôme, qui paraît réunir toutes les conditions désirables au point de vue artistique. Ce projet sera étudié par la Commission de publication.

Le Secrétaire, L. CARPENTIER.

[ocr errors]

Chasse aux Frelons.

Désirant me procurer quelques nids de Frelons et d'autres guêpes sociales afin de les faire figurer dans la collection des Insectes nuisibles de la Société, je profitai d'un séjour à la campagne, au mois de septembre, et me mis en quête de tous les guêpiers qui pouvaient se trouver dans les environs.

Le premier que l'on m'indiqua fut un nid de Frelons élabli dans un tas de copeaux au bord d'un bois. Je songeai aussitôt à m'en emparer, mais, n'ayant jamais pratiqué ce genre de chasse, je ne savais trop quel moyen employer. L'emplacement du nid ne permettait pas de se servir d'anesthésiques, car il était atta

ché de tous côtés au milieu d'un stère de larges copeaux et de racines. Je commençai par débarrasser avec précaution tous les morceaux de bois qui ne tenaient pas à l'enveloppe du guêpier, el, avec mon filet-fauchoir, je happai au passage les ouvrières qui sortaient de leur habitation ou y rentraient apportant de la nourriture pour les larves, ou des matériaux pour agrandir leur nid. J'en pris ainsi soixante le matin. J'y retournai l'aprèsmidi; mais la communauté était très-réduite, les frelons ne circulaient plus beaucoup, et je fus obligé de donner quelques petites secousses au guêpier pour les provoquer à sortir (il en restait environ une trentaine). Ce moyen n'était pas tout-à-fait sans inconvénients, car mes courageux adversaires, armés en guerre pour défendre contre les entreprises entomologiques le domicile qui abritait leurs nourrissons, sortaient alors en masse menaçante, el je devais me retirer précipitamment pour quelques instants. Cependant le nombre diminuait, et le guêpier mis un peu à découvert me permettait d'observer le reste de ses babitants qui se livraient à leurs occupations pendant les intervalles de la bataille.

Le guêpier se composait d'une enveloppe de bois mâché qui adhérait, comme je l'ai dit plus haut, à tous les morceaux de racines qui pouvaient lui servir de support. Cette enveloppe formée de plusieurs cloisons minces, imbriquées irrégulièrement, était excessivement friable, mais sa construction était parfaite pour protéger la société contre les intempéries. Au milieu, un gåtcau, attaché par le haut, en supportait un second soutenu par deux piliers inégaux. Les alvéoles, faites de bois mâché comme l'enveloppe, étaient toutes habitées ; les unes, ouvertes à leur

; extrémité inférieure, contenaient des larves à différents degrès de développement, qui se soutenaient fort bien la tête en bas, en se tenant fixées aux parois de leur alvéole au moyen de petites ventouses dont elles sont pourvues de chaque côté du corps ; les autres, 150 environ, étaient closes par une cloche soyeuse tissée par la larve avant de se transformer.

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »