Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

POUR L'ÉTRANGER,

SE TROUVE CHEZ LES LIBRAIRES SUIVANS:

A Francfort [sur le Mein], Brœnner ( Louis-Henri).
4 Tbrin, , Ch- Bpcc» et Pic. |";
A Naples , Borel.

A Genève , Manget et Cheibuliez; Paschoud.

A Varsovie , Gluschksbçrg e\ Q:

A Berlin , Umlang.

A Bruxelles , Lecharlier.

A Manheim , Fontaine.

A Amsterdam , Dufour (Gabriel).

A Lisbonne , Bprel, Martin » fi%j. i

A Moscow, Saucet.

Tout contrefacteur, ou débitant d'édition, contrefaite, sera poursuivi selon la rigueur des lois.

[graphic][merged small]

SUR LES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENS
DB

LA RÉVOLUTION FRANÇOISE,

OUVRAGE POSTHUME

DE MADAME LA BARONNE DE STAËL,

- /fVii^^ HJBLIÉ

m M. LE DUC DE BROGLIE ET M. LE BARON DB STAËL.

Les révolutions qui arrivent dans les grands états
ne sont point un effet du hasard ni du caprice
des peuples. MÉM. DE Sullv, T. I, p. l33.

SECONDE ÉDITION.
TOME TROISIÈME.

PARIS,

DELAUNAY, LIBRAIRE, Palais-royal, K. 243;
BOSSANGE ET MASSON, Libraires, Rus De Tournow, N. 6.
I8i8.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

CONSIDÉRATIONS

SUR

LÇS PRINCIPAUX ÉVÉNEMENS

DE LA RÉVOLUTION FRANÇOISE.

CINQUIÈME PARTIE.*

Chapitre Premier.

De ce qui constitue la royauté légitime.

En considérant la royauté, comme toutes les institutions doivent être jugées, sous le rap.port du bonheur et de la dignité des nations, je dirai d'une manière générale, et en respectant les exceptions, que les princes des anciennes familles conviennent beaucoup mieux

* Nous croyons devoir rappeler ici qu'une partie du troisième volume de cet ouvrage n'a point été revue par madame de Staël. Quelques-uns des chapitres que l'on va lire paroîtront peut-être incomplets; mais nous avons considéré Tome m. i...

au bien de l'état que les princes parvenus. Ils ont d'ordinaire des talens moins remarquables, mais leur disposition est plus pacifique ; ils ont plus de préjugés, mais moins d'ambition; ils sont moins étonnés du pouvoir, puisque , dès leur enfance, on leur a dit qu'ils y étoient destinés; et ils ne craignent pas autant de le perdre , ce qui les rend moins soupçonneux et moins inquiets. Leur manière d'être est plus simple , parce qu'ils n'ont pas besoin de recourir à des moyens factices pour imposer, et qu'ils n'ont rien de nouveau à conquérir en fait de respect: les habitudes et les traditions leur servent de guides. Enfin l'éclat extérieur, attribut nécessaire de la royauté, paroît convenable quand il s'agit de princes dont les aïeux, depuis des siècles , ont été placés à la même hauteur de rang. Lorsqu'un homme, le premier de sa famille, est élevé tout à coup à la dignité suprême , il

comme un devoir de publier le manuscrit dans l'état où nous l'avons trouvé, sans nous permettre d'ajouter quoi que ee soit au travail de l'auteur.

Nous devons faire observer aussi que cette portion de l'ouvrage a été écrite au commencement de l'année 1816, et qu'il est par conséquent essentiel de rapporter à cette époque les jugemens énoncés par l'auteur, soit en blâme, soit en éloge.

(Note des éditeurs.)

« VorigeDoorgaan »