Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

Bordeaux. G. GOUNOUILHOU, Imp. de l'Académie, pl. Puy-Paulin,

1.

DES

ACTES DE L'ACADÉMIE IMPÉRIALE

DES SCIENCES, BELLES-LETTRES ET ARTS DE BORDEAUX.

[merged small][ocr errors][graphic][merged small][merged small][merged small]

AVIS.

L'Académie n'accepte aucune solidarité relative

aux opinions émises dans le Recueil de ses Actes.

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Les physiologistes et les chimistes ont toujours accordé un vif intérêt à l'étude des phénomènes de la digestion.

En effet, savoir comment la nutrition s'opère, comment des aliments peuvent servir à l'accroissement et à l'entretien d'un être vivant, est une connaissance du premier ordre, tant au point de vue de la philosophi e générale que des applications nombreuses que peuvent en tirer la médecine et la zooculture.

Les aliments de toute espèce servant à l'entretien d'un individu peuvent donner naissance à une équation, dans laquelle se trouve d'un côté tout ce qui entre chez cet individu, et de l'autre tout ce qui en sort.

1 Au nom d'une Commission composée de MM. Costes, Dégranges, Gintrac, et Baudrimont, rapporteur, présidée par M. Gout Desmartres, président de l'Académie.

C'est là un premier pas que les chimistes se sont efforcés de franchir par une suite d'analyses et de considérations physiologiques des plus intéressantes.

Mais ce résultat une fois obtenu, il a fallu entrer dans les détails et chercher quelles étaient les modifications successives subies par les aliments pour passer d'un état à un autre.

Les aliments pénètrent dans les vaisseaux sanguins et sont transportés dans tout l'organisme; mais ce n'est pas sans subir de profondes modifications. Dans le poumon, il se fait une absorption d'oxygène qui exerce la réaction chimique fondamentale de la vie : une espèce de combustion qui, vivifiant certaines parties, en détruit d'autres. Le sang pénètre dans des organes glandulaires qui le transforment en produits utilisables, tels que la salive et le fluide pancréatique, ou qui, fonctionnant comme des appareils dépurateurs, en séparent les produits superflus, ou qui ont accompli leurs fonctions vitales tels sont les reins, qui séparent l'urine du sang; tel est le foie, qui sépare la bile du même fluide.

:

Mais, dans ce cas, la question n'est point aussi simple que pour la sécrétion de l'urine la bile est-elle un produit d'excrétion, ou bien joue-t-elle encore quelque rôle dans la digestion avant d'être expulsée avec les excréments?

D'une autre part, la constitution organique du foie est plus compliquée que celle des autres organes glandulaires; non-seulement il reçoit par l'artère hépatique du sang artériel qui vient de traverser le poumon, mais,

« VorigeDoorgaan »