Méthode pour déchiffrer et transcrire les noms sanscrits qui se rencontrent dans les livres chinois: à l'aide des règles, d'exercices et d'un répertoire de onze cents caractères chinois idéographiques, employés alphabétiquement

Voorkant
Imprimerie impériale, 1861 - 235 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 2 - ... seul était capable d'y arriver : « Les livres chinois relatifs à l'Inde et au bouddhisme, nous dit-il, offraient à chaque page une multitude de mots sanscrits figurés par des signes chinois phonétiques dont personne ne possédait la clef. Il restait à résoudre un problème devant lequel avait dû s'arrêter l'habile sinologue Abel Rémusat, faute de savoir le sanscrit, et notre grand indianiste Eugène Burnouf, faute de connaître le chinois. » Suffisait-il de savoir les deux langues?...
Pagina v - On voit donc quelle source inépuisable de renseignements de tout genre présentent les Mémoires de Hiouenthsang et sa Biographie ; je ne crois pas que de bien longtemps les études bouddhiques aient l'occasion de rencontrer de tels trésors; et, encore une fois, c'est à l'heureuse et infaillible transcription des mots sanscrits que nous les devons.
Pagina 15 - ... syllabique , les bases de l'alphabet harmonique que je méditais. Fort de ce secours préliminaire et aidé des connaissances que j'avais acquises moi-même en sanskrit, je parvins à rétablir à mon tour un nombre de mots de jour en jour plus considérable, et de leur analyse syllabique, je déduisis méthodiquement une multitude de nouveaux signes qui venaient s'ajouter aux premiers, toujours soutenus et confirmés par un ou deux exemples authentiques. Klaproth avait possédé, sans en comprendre...
Pagina 12 - ... chinois et du sanscrit, indépendamment de ces secours littéraires que Stanislas Julien a indiqués1, une quatrième condition était nécessaire. Le maître la détermine ainsi: «Connaître certains principes qui permettent, dans un grand nombre de cas, de dépouiller les prononciations chinoises de lettres inutiles, ou de les transformer méthodiquement en raison des lettres qui les suivent.
Pagina 7 - Rémusal et Eugène Burnouf avaient manqué. Ce sont d'abord « deux recueils de mots indiens figurés par des caractères phonétiques et traduits en chinois, lesquels n'existaient alors que dans la bibliothèque du département asiatique de Saint-Pétersbourg;» ce sont ensuite «quatorze alphabets et plusieurs versions chinoises d'ouvrages sanscrits, remplis de mots indiens qui étaient figurés par des caractères phonétiques.
Pagina 3 - Mélanges , pag. 147. sagacité du philologue européen , qui a su rétablir dans leur véritable orthographe des mots aussi corrompus que ceux qu'on va voir par la nature de la prononciation chinoise.
Pagina 3 - Il ya reconnu les mots samskrits rendus d'une manière très-imparfaite quant au son , mais fort exacte quant au sens; et dans ce résultat, qui fixe incontestablement l'identité du samskrit et de la langue fan , et ajoute un intérêt considérable à la découverte de celle-ci , on ne sait lequel on doit le plus admirer, ou de l'érudition peu commune de l'auteur chinois , ou de la...
Pagina 15 - Il était évident qu'en continuant à analyser ainsi les éléments de tous les mots Fan dont la signification m'aurait permis de bien déterminer l'orthographe sanscrite , je réussirais à composer un vaste recueil des signes phonétiques , qui fût de nature à inspirer une entière confiance. Or, à dater de...
Pagina v - Hiouen-thsang ont un grand prix, qu'on a pu pressentir par ce que j'ai dit, dans un précédent travail, sur son système de transcription et de concordance entre les mots chinois et les mots sanscrits. On se rappelle que M. Stanislas Julien a complètement éclairci et résolu ce problème, devant lequel avaient dâ s' arrêter, faute des instruments nécessaires (la double connaissance du chinois et du sanscrit), et Abel Rémusat et Eugène Burnouf.
Pagina 10 - C'est une erreur que Stanislas Julien signale, et, pour faire évanouir cet espoir, il lui suffit de faire observer «qu'un nombre considérable de signes chinois phonétiques ne répondent nullement à l'articulation indienne qu'ils sont destinés à représenter.

Bibliografische gegevens