Manuel de l'histoire des religious: esquisse d'une histoire de la religion jusqu'au triomphe des religious universalistes

Voorkant
E. Leroux, 1885 - 360 pagina's
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.

Vanuit het boek

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 16 - ... que dégénérée; 4* Les nombreuses traces de conceptions analogues à celles des sauvages qui se retrouvent jusque dans les religions les plus élevées s'expliquent parfaitement par la survivance ou la renaissance d'idées anciennes'.
Pagina 15 - La mythologie et la théologie des peuples civilisé peuvent se retrouver presque entièrement dans les traditions et les idées des peuples sauvages, sans ordre et sans arrangement, il est vrai, mais sous une forme qui est plutôt non développée et originelle...
Pagina 15 - ... sont ainsi de nature à nous en donner la meilleure idée, s'appuie sur les raisons qui suivent : 1° D'après les plus récentes recherches, la civilisation générale n'était point alors parvenue à un degré supérieur à celui des peuplades sauvages actuellement existantes; il n'est même point probable qu'elle se fût élevée aussi haut. Dans une civilisation pareille, il ne pouvait pas se rencontrer de croyances, d'idées ou d'usages religieux plus élevés que ceux que nous trouvons...
Pagina 304 - ... pythien, dans un temple où l'on invoquait, à côté des divinités qui viennent d'être nommées, Zeus et Dionysos. Quand les Doriens quittèrent la Thessalie pour chercher de nouveaux emplacements, ils s'attachèrent, comme d'ardents adorateurs d'Apollon, au sanctuaire de Delphes, et établirent le culte du dieu pythique partout où ils se fixèrent. Delphes devint le siège principal d'une nouvelle ligue amphiktyonique, et, en fait, pour un certain temps, le centre de la nationalité hellénique....
Pagina 7 - Différentes raisons rendent vraisemblable que, à la plus ancienne religion, qui n'a laissé que de faibles traces, a succédé une période où dominait généralement l'animisme, — actuellement encore représenté...
Pagina 8 - ... lequel aboutit de bonne heure, chez les nations civilisées, aux religions nationales polythéistes, reposant sur une doctrine traditionnelle. Plus tard seulement sortirent ça et là du polythéisme des religions nomistiques, ou communions religieuses fondées sur une loi ou écriture sainte, et dans lesquelles le polythéisme cède plus ou moins la place au panthéisme ou au monothéisme. Au sein de ces dernières, enfin, ont pris racine les religions universalistes...
Pagina 146 - Persans ont toujours passé pkmr hérétiques, et les musulmans hindous ne se distinguent souvent des brahmanistes que par quelques formes. Né chez un peuple tardivement développé, s'il est la plus jeune des religions universelles, il est également la moins élevée. Pendant une courte période seulement, il a, à la faveur des circonstances et en opposition avec ses propres principes, donné naissance à une civilisation plus haute. Appliqué en toute rigueur, il est destructif de toute civilisation.
Pagina 148 - THE ARYAN WITNESS ; or, The Testimony of Aryan Scriptures in Corroboration of Biblical History and the Rudiments of Christian Doctrine, including Dissertations on the Original Home and Early Adventures of Indo- Aryans.
Pagina 287 - La religion grecque, destinée à dépasser un jour dans ses développements les autres religiens ariennes, ne différait pas beaucoup de celles-ci dans le principe. Cela résulte de ce qui nous est encore connu touchant la religion des Pélasges, dont le nom désigne plutôt une époque qu'une race. Lorsqu'on nous rapporte qu'ils adoraient le dieu du ciel sur leurs montagnes sacrées, sans images et sans user d'un nom déterminé, il ne faut pas en conclure que leur religion était plus pure que...
Pagina 304 - ... contre l'introduction de nouvelles divinités, pendant qu'il s'efforçait de maintenir la paix entre les différents États helléniques. Il avait ses représentants et ses interprètes dans les chefs-lieux des principaux États, et des princes des royaumes étrangers qui voulaient entrer en rapports avec la Grèce, s'adressaient à l'Apollon de Delphes, qui parlait toutes les langues. Les colonies dont il déterminait et réglait toujours l'envoi, propageaient son culte au près et au loin....

Bibliografische gegevens