Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

qui concernent la jouissance, et des autres condamnations auxq,elles ces procès pourraient donner lieu

614. Si , pendant la durée de l'usufruit, un tiers commet quelque usurpation sur le fonds, ou attente autrement aux droits du propriétaire, l'usufruitier est tenu de le dénoncer à celui-ci : faute de ce, il est responsable de tout le dommage qui peut en resulter pour le prepriétaire , comme il le serait de dégradations commises par lui-même.

615. Si l'usufruit n'est établi que sur un animal qui vient à périr sans la faute de l'usufruitier , celui-ci n'est pas tenu d'en rendre un autre, ni d'en payer l'estimation.

616. Si le troupeau sur lequel un usufruit a été établi , périt entièrement par accident ou par maladie, et sans la faute de l'usufruitier , celui-ci n'est tenu envers le propriétaire que de lui rendre compte des cuirs ou de leur valeur. Si le troupeau ne périt pas entièrement, l'usufruitier est tenu de remplacer , juqu'à concurrence du croit , les têtes des animaux qui ont péri.

SECTION III. Comment l'Usufruit prend fin. 617. L'usufruit s'éteint , Par la mort naturelle ou par la mort civile de l'usufruitier ; Par l'expiration du tems pour lequel il a été accordé ;

Par la consolidation ou la réunion sur la même tête , des deux qualités d'usufruitier et de propriétaire. ;

Par le nonusage du droit pendant trente ans; Par la peric totale de la chose sur laquelle l'usufruit est établi. 618. L'usufruit peut aussi cesser par

l'abus l'usufruitier fait de sa jouissance, soit en commettant des dégradations sur le fonds, soit en le laissant dépérie faute d'entretien. - Les créanciers de l'usufruitier peuvent intervenir dans les contestations, pour la conserration de leurs droits : ils peuvent offrir la réparation des dégradations commises, et des garanties, pour l'avenir.

Les juges peuvent, suivant la gravité des circonstances , ou prononcer l'extinction absolue de l'usu

ou n'ordonner la rentrée du propriétaire dans la jouissance de l'objet qui cn est greve, que sous la charge de payer annuellement à l'usufruitier, ou à ses ayantcause, nine somme déterminée, jusqu'à l'instant où l'usufruil aurait dû cesser.

619. L'usufruit qui n'est pas accordé à ues particuliers, ne dare que trente ans.

620. L'usufruit accordé jusqu'à ce qu'un tiers ait atteint un åge fixe, dure jusqu'à cette époque, encore que la tiers soit mort avant l'âge fixé.

que

fruit,

62». La vente de la chose sujétc à usufruit ne fait an. cun changement dans le droit de l'usufruilier ; il continue de jouir de son usufruit s'il n'y a pas formellement renoncé.

622. Les créanciers de l'usufruitier peuvent faire annuller la rénonciation qu'il aurait faite à leur préjudice.

623. Si une partie seulement de la chose soumise à l'usufruit est détruite, l'usufruit se conserve sur ce qui resto.

624 Si l'usufruit n'est établi que sur un bâtiment, et que ce bâtiment soit détruit par un incendie ou autre accident, ou qu'il s'écroule de vétusté , l'usufruitier n'aura le droit de jouir ni du sol ni des matériaux Si l'usufruit était établi sur un domaine dont le bâtiment faisait partie, l'usufruitier jouirait du sol et des matériaux.

CHAPITRE II. De l'Usage et de l'Habitation. 625. Les droits d'usage et d'habitation s'établissent et sc perdent de la même manière que l'usufruit.

626. On ne peut en jouir , comme dans le cas de l'usufruit , sans donner préalablement caution, et sans faire des états et inventaires.

627. L'usager , et celui qui a un droit d'habitation, doivent jouir en hons pères de famille.

628. Les droits d'usage et d'habitation se règlent par le titre qui les a établis, et reçoivent, d'après ses dispositions, plus on moins d'étenduc.

629. Si le titre ne s'explique pas sur l'étendue de ces droits, ils sont réglés ainsi qu'il suit.

63m. Celui qui a l'usage des fruits d'un fonds, ne peut en exiger qu'autant qu'il lui en faut pour ses besoins et ceux de sa famille. –ņ peut en cxiger pour les besoins mênic des enfans qui lui sont survenus depuis la concession de l'usage.

631. L'usager ne peut céder ni louer son droit à un autre.

632. Celui qui a droit d'habitation dans une maison, peut y demeurer avec sa famille , quand même il n'aurait pas été marié à l'époque où ce droit lui a été donné.

633. Le droit d'habitation se restreint à ce qui est nécessaire pour l'habitation de celui à qui ce droit est concédé, et de sa famille.

634. Le droit d'habitation ne peut être ni cédé ni loué. 635. Si l'usager absorbc tous les fruits du fonds, ou s'il occupe la totalité de la maison, il est assujéti aux frais de culture , aux réparations d'entretien, et au paiement des contributions, comme l'usufruitier. prend qu'une partie des fruits, ou s'il n'occupe qu'une

- S'il ne

[ocr errors]

partie de la maison, il contribue au prorata de ce dont il jouit.

636. L'usage des bois et forêts est réglé par des lois particulières.

TITRE IV. Des Servitudes ou Services fonciers. ( Décrété le 31 janvier 1804. Promulgué le 10 février.) 637. Une servitude est une charge imposée sur un héritage, pour l'usage et l'utilité d'un héritage appartenant à un autre propriétaire.

638. La servitude n'établit aucune prééminence d'un héritage sur l'autre.

639. Elle dérive ou de la situation naturelle des licus, ou des obligations imposées par la loi, ou des conventions entre les propriétaires. CHAPITRE PREMIER. Des Servitudes qui dérivent

de la Situation des lieux. 640. Les fonds inféricurs sont assujétis envers ceux qui sont plus élevés, à recevoir les eaux qui en découlent naturellement sans que la main de l'homme y

ait contribué. Le propriétaire inférieur ne peut point élever de digue qui empêche cet écoulement. Le propriétaire supérieur ne peut rien faire qui aggrave la servitude du londs inférieur.

641. Gelui qui a une source dans son fonds, peut en user à sa volonté, sauf le droit que le propriétaire du fonds inféricur pourrait avoir acquis par titre ou par prescription.

642. La prescription dans ce cas , ne peut s'acquérir que par une jouissance non interrompue pendant l'espace de trente années, à compter du moment où le propriétaire du fonds inférieur a fait et terminé des ouyrages apparcns destinés à faciliter la chute et le cours de l'eau dans sa propriété.

643. Le proprietaire de la source ne peut en changer le cours , lorsqu'il fournit aux habitans d'une commune, village ou hameau , l'eau qui lcur est nécessaire : mais si les habitans n'en ont pas acquis ou prescrit l'usage le propriétaire peut réclamer une indemnité, laqucllc est réglée par experts.

644. Celui dont la propriété borde une eau courante autre que celle qui est déclarée dépendance du domaino public par l'article 538, au titre de la Distinction des

[ocr errors]

Biens , peut s'ca servir à son passage pour l'irrigation de ses propriétés. Celui dont cette eau traverse l'héritage, peut mêmo'en user dans l'intervalle qu'elle y parcourt, mais à la charge de la rendre, à la sortie de ses fonds, à son cours ordinaire.

645. S'il s'élève une contestation entre les propriétaires auxquels ces caux penvent être utiles, les tribunaux en prononçant, doivent concilier l'intérêt de l'agriculfure avec le respect dù à la propriété ; et, dans tous les cas, les réglemens particuliers et locaux sur le cours et l'usage des eaux doivent être observés.

646. Tout propriétaire peut obliger son voisin an bornage de leurs propriétés contiguës. Le bornage se fait à frais communs.

647. Tout propriétaire peut clore son héritage , sauf l'exception portée en l'article 682.

648. Le propriétaire qui veut se clore, perd son droit au parcours et vaine pâture, en proportion du terrain qu'il y soustrait.

CHAPITRE II. Des Servitudes établies par la loi. 649: Les servitudes établies par la loi ont pour objet l'u. tilité publique ou communale, ou l'utilité des particuliers.

650. Celles établies pour l'utilité publique ou commu• nale ont pour objet le marche-pied le long des rivières navigables ou flotables, la construction ou réparation des chemins et autres ouvrages publics ou communaux.

Tout ce qui concerne ceite espèce de servitude , est déterminé par des lois ou des réglemens particuliers.

651. La loi assujétit les propriétaires à différentes obligations l'un à l'égard de l'autre , indépendamment de toute convention.

652. Partie de ces obligations est réglée par les lois sur la police rurale ; Les autres sont relatives au mur et au fossé mitoyens, au cas où il y, a lieu à contremur, aux vues sur la propriété du voisin, à l'égout des toits, au droit de passage. SECTION PREMIÈRE. Du Mur et du Fossé mitoyens.

653. Dans les villes et les campagnes, tout mur servant de séparation entre bâtimens jusqu'à l'héberge, ou cnire cours et jardins , et même entre clos dans les champs , est présumé mitoyen, s'il n'y a titre ou marque du contraire.

654. Il y a marque de non-mitoyenneté lorsque la sommité du mur est droite et à plonub de son parement d'un côté, et présente de l'autre un plan incliné; Lors

encore qu'il n'y a que d'un côté ou lun. chaperon ou des filets et corbeaux de pierre qui y auraient été mis en bâtissant le mur. Dans ces cas, le mur est conse appartenir exclusivement au propriétaire du côté duquel sont l'égout ou les corbeaux et filets de pierre.

655. La réparation et la reconstruction du mur mitoyen sont à la charge de tous ceux qui y ont droit, at proportionnellement au droit de chacun.

656. Cependant tout copropriétaire d'un mur mitoyen peut se dispenser de contribuer aux réparations et reconstructions en abandonnant le droit de mitoyenneté, pourvu que le mur mitoyen ne soutiennc pas un bâtiment qui lui appartienne.

637. Tout copropriétaire peut faire bâtir contre un mur mitoyen et y faire placer des poutres ou solives dans toute l'épaisseur du mur , à cinquante quatre millimètres (deux pouces ) près, sans préjudice du droit qu'a le voisin de faire réduire à l'ébauchoir la poutre jusqu'à la moitié du mur , dans le cas où il voudrait lui-même asseoir des poutres dans le même licu , ou y adosser une cheminéc.

658. Tout copropriétaire peut faire exhausser le mur mitoyen ; mais il doit payer seul la dépense de l'exhaussement, les réparations d'entretien au-dessus de la hauteur de la clôture commune , et en outre l'indemnité de la charge, en raison de l'exhaussement et suivant la valeur.

659. Si le mur mitoyen n'est pas en état de supporter l'exhaussement , celui qui veut l'exhausser doit le faire reconstruire en entier à ses frais , et l'excédant d'épaisseur doit se prendre de son côté.

660. Le voisin qui n'a pas contribué à l'exhaussement, peut en acquérir la mitoyenneté en payant la moitié de la dépense qu'il a coûté, et la valeur de la moitié du sol fourni pour l'excédant d'épaisseur, s'il y en a.

661. Tout propriétaire joignant un mur, a de même Ja faculté de le rendre mitoyen, en tout ou en partic , soit en remboursant au maître du mur la moitié de sa valeur, ou la moitié de la valeur de la portion qu'il veut rendre mitoyenne , ct moitié de la valeur du sol sur lequel le mur est bâti.

662. L'un des voisins ne peut pratiquer dans le corps d'un mur mitoyen ancun enfoncement, ni y appliquer ou appuyer aucun ouvrage sans le consentement de l'au

ou sans avoir, à son refus, fait régler par experts les moyens nécessaires pour que le nouvel ouvrage ne soit pas

nui,ble aux droits de l'autre.

[merged small][ocr errors]

tre

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »