Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

chant sur les quatre blasons. Argent. Deux pièces; diamè0m05c.

tre,

Fils de Charles III, mort en 1607.

5005. C. CARD. DE LOTH. entre grenetis; au centre, deux c entrecroisés. R. SOLIDI SEXTA entre grenetis; au centre, une crosse. Billon. Denier rare.

Le cardinal de Lorraine, fils de Charles III, né en 1567.

3006. LUDOVICA MARGAR. LOT.; les armes de Lorraine et de Bar accolées et couronnées; au bas, un G. (Gaucher, graveur.) R. IN OMNEM TER. SONUS EOR.; alérion diadémé. Billon.

Pièce de Louise-Marguerite de Lorraine-Guise, épouse du prince de Conti. 1605. Cette pièce a sûrement été frappée en Lorraine par Gaucher.

3007. SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM; au centre, un lion de côté, issant, couronné, lampassé et armé, reposant une griffe sur un écu ovale, sur lequel est la croix de Jérusalem. R. MONETA NOVA LIXHENSIS ; les armes pleines de Lorraine couronnées, cantonnées de 1633. Ecu; diamètre, 0028.

Malheureusement cet écu n'est pas de plein coin et la légende se lit difficilement. Evidemment, cette pièce est de Henriette de Lorraine-Vaudémont, sœur de Charles IV, qui avait épousé le prince de Lixheim et de Phalsbourg, bâtard du cardinal de Guise. Pièce extrêmement rare, que les amateurs n'ont jamais trouvée autre part. On ne sait à quoi peuvent faire allusion le lion et la croix de Jérusalem.

5008. HENR. A. LOTH. PRIN. PHAL. ET LIX.; alérion diadémé. R. MONETA NOVA LIXHE. CUSA; armes pleines de Lorraine couronnées. Billon.

3009. HENR. D. LOT. PRIN. PHAL. ET LIX.; buste de la princesse. R. DOUBLE TOURNOIS. 1633 entre filet et grenetis; au milieu, fleurs-de-lis sans nombre.

Nous ne pouvons pas plus expliquer ce revers que celui qui porte la croix de Jéru

salem.

Ces monnaies, de la princesse de Phalsbourg, n'ont été frappées qu'après la mort de son premier mari; elles sont un fait remarquable pour l'histoire. Elle frappait monnaie en son nom, faisait acte de souveraineté lorsque Charles IV prétendait que les femmes étaient exclues en Lorraine de la souveraineté, par la loi salique et le testament de René II.

3010. DEI GRATIA CAROLUS, Episcopus OLOMUCENSIS ; effigie du prince en rabat et perruque. R. DUX LOTHAR. ET BAR. S: R:I: PCPS.RE: CA: BOCO. 1704; sur une croix de grand-prieur de Castille, les armes d'Olmutz surchargées des armes pleines de Lorraine surmontées du chapeau électoral, et sur les côtés, deux aigles diadémées ayant pour collier une couronne. Gros écu du prince Charles, évêque d'Olmutz, frère de Léopold. Diamètre, 0045.

3011. PETERMENGER 1715 entre filet et grenetis; au centre, saint Pierre sur une nue; au bas, G III G. R. CHVR. TR. LandmUnz; les armes de l'électorat de Trèves surmontées de celles de Lorraine. Billon.

Pièce du même prince Charles, comme électeur de Trèves, frappée l'année de

sa mort.

Metz, Epinal et Verdun.

évê

3012. Une pièce en grande partie effacée ou usée; mais ce qu'on en voit, comparé à celles de son espèce bien conservées, fait connaître qu'elle a été frappée à Epinal par Théodoric, que de Metz en 960. 3013. N.IAL. (SP. illisibles); une tour dans le champ. R. Entre grenetis, diverses lettres que je ne puis déchiffrer; au centre, une croix cantonnée de deux besants et de deux croissants.

M. de Sauley attribue une pièce à peu près semblable à Théodoric, évêque de Metz

en 965.

3014. B... Sc.; petite figure nimbée. R. Une croix; PINAL.; grenetis.

Pièce d'Adalberon, évêque de Metz en 984. 3015. Trois pièces acquises aux ventes de l'Alliance des arts, vendues comme frappées à Sarrebourg par les chanoines de Metz et devant porter au droit : PAULUS entre grenetis; tête de saint Paul. R. SAREB.; dans le champ, une croix.

Evidemment, ces trois pièces ne sont point du même coin, et ce qu'elles ont de lisible ne permet pas cette attribution.

Malgré le respect qu'on porte à la science de M. de Saulcy, nous ne croyons pas que les chanoines aient pu frapper monnaie en concours avec leur évêque. Le diplôme cité par Meurisse pour établir ce droit est fort suspect. Nous croyons les monnaies éditées par M. de Saulcy, en preuve du droit, monnaies du duché de Luxembourg. 3016. MARIA.... A. entre grenetis; au centre, une tête voilée. R. TI.ECUS. entre grenetis; au centre, une croix.

Pièce de Thierry, évêque de Verdun en 1047, éditée pour la première fois par M. de Sauley.

3017. STE PHANUS. entre grenetis; au centre, une croix cantonnée de deux besants. R. S.INAL (le p de Spinal est effacé) entre grenetis; au centre, un temple à deux arcades. Demidenier.

Superbe pièce attribuée à Hériman, évêque de Metz en 1073.

3018. Une seconde pièce, qui, quoique bien conservée, est peu lisible comme mal frappée; mais ce qu'on en voit lui donne

de la ressemblance avec celles qui sont attribuées audit Hériman par M. de Saulcy. Au droit, NUs entre grenetis; au centre, une effigie. R. H...... EPS.; croix.

Cette pièce serait un denier.

3019. Tête barbare tracée en creux et en bosse; elle semble porter un casque. Point de légende. R. Croix entourée de grenetis; au premier quartier, un м ou un N; au second, ɛ retourné, la branche supérieure étendue, ce qui fait, en double lettre, E et r; au troisième, un r; au quatrième, is; ce qui forme: METTIS.

Denier de Metz, antérieur à l'an 1107, d'après M. de Sauley.

5020. Trois pièces peu lisibles, portant de deux côtés : ÉPINAL; un temple d'un côté, de l'autre une croix.

Elles ont été frappées de 1120 à 1122, époque pendant laquelle on refusait de reconnaître Etienne comme évêque de Metz. Elles sont une nouvelle preuve que, lorsqu'on conteste la souveraineté, on ne met pas le nom du prince sur la monnaie. Ce sont des pièces politiques et non des lapsus. C'est le troisième exemple qu'en offre ma collection. M. de Sauley n'a point connu ces monnaies; mais il faut remarquer que, dans son Supplément aux recherches sur les monnaies des évêques de Metz, page 38, il rapporte plusieurs pièces sans le nom de l'évêque et portant de chaque côté STEPHANUS, et il suppose que l'évêque Etienne en a agi ainsi dans la crainte d'offenser l'empereur Henri V. Ce motif est inadmissible: l'Histoire générale de Metz par des religieux bénédictins, tome 2, page 230, Meurisse, page 394, constatent que cet évèque ne fut d'abord pas reçu, que les portes de Metz lui restèrent fermées pendant deux ans. Ce ne fut donc pas lui qui, pendaut ce temps, faisait frapper monnaie à Metz ou à Epinal; c'étaient ces villes ou leur chapitre; car, qu'on ait ou non le droit d'en frapper, les monnaies sont un besoin d'ordre public auquel les chefs doivent pourvoir. Ce fait se confirme par celui-ci, qu'on trouve des monnaies de tous les barons ou des prélats antérieures aux chartes qui lenr accordent le droit d'en frapper. Ceci corrobore les explications données aux nos 2886 et 2965.

3021. PHN...; buste à droite. R. MET.; grenetis, croix. Trois piè

ces avec variétés. Etienne de Bar, évêque de Metz après 1122. 3022. BERT.AN (Bertran, le deuxième R illisible); au centre, un personnage, les mains jointes, allant à gauche. R. METENS.; une main sur une croix, deux doigts allongés figurés par des perles. Bertrand, évêque de Metz en 1180. Variété de celles qui ont été publiées par M. de Saulcy.

3025. Une seconde pièce dont le revers seul est lisible. 3024. Une troisième pièce absolument semblable à celle publiée par M. de Saulcy.

3025. JOHANNES; grenetis; l'évêque mitré. R. NETENSIS; croix. Deux pièces. Jean d'Apremont, évêque de Metz. 1225.

Peu lisible, quoique d'une belle conservation.

3026. R. EPS. (Reginaldus episcopus); grenetis extérieurs; l'évêque debout, vu de face, tenant d'une main la crosse et de l'autre le livre des évangiles. R. ESPINALS.; grenetis extérieurs; une épée en pal la pointe en bas. Demi-denier, superbe pièce fort rare. Regnault de Bar, évêque de Metz en 1302.

Cette pièce prouve que l'épée n'était pas une attribution de marchis.

3027. EPS. METESIS.; au centre, cavalier galopant à droite. R. MONETA.. P LEN (Spinalen); épée cantonnée de deux barbeaux. Regnault de Bar, évêque de Metz.

Conservation moins belle que la précédente, mais fort rare aussi. 1302. Ces pièces, de Regnault, paraissent avoir servi de modèles à celles, à peu près semblables, qui furent frappées par Thibaut II, Ferry IV de Lorraine et Gaucher de Châtillon. 3028. ADEMARIUS EPS. entre grenetis; buste à mi-corps; évêque mitré tourné à droite, tenant la crosse d'une main, bénissant de l'autre. R. MONETA METESI. entre grenetis; dans le champ, une croix pattée cantonnée de deux étoiles et de deux disques lunaires à face humaine. 1327. Adémar, évêque de Metz.

Pièce nommée crescelle.

5029. A. E. Ps.; grenetis extérieurs; au centre, l'évêque à demicorps tenant la crosse d'une main, bénissant de l'autre. R. Grenetis extérieurs; METENSIS ; Croix pattée cantonnée de deux croissants et de deux étoiles. Demi-crescelle. Adémar de Monthil. 1327. Bc.

3030. THEODOR. EPS.; dans le champ, un м gothique. R. MONETA ME.; une croix coupant la légende. Cuivre. Théoderic V de Boppart. 1365. Angevine. RR.

5031. THEODE. EPS. METE.; évêque mitré tenant d'une main la crosse et bénissant de l'autre. R. † BENDICTU SIT: NOME: DNI: NRI. IHU. XPI. entre grenetis; au centre, entre grenetis : GROSUS METIS.; une croix dépassant la seconde légende. Evêque Boppart. 1565. Deux belles pièces; diamètre, 0m025. Grand denier. 3032. THE. EPS. ME.; buste mitré tenant la crosse d'une main, bénissant de l'autre. R. MONETA METENS. entre grenetis; au centre, une croix dont les branches coupent la légende. Pièce d'une très-belle conservation de Thiéry Boppart. 1565.

Cette pièce pèse moitié des précédentes, demi-grand denier ou quatre deniers. RR. 3033. RAD. D. COVCI. EPS.; dans le champ, un м gothique surmontée d'un trait renflé au milieu. R. MONE. MA. SA.; dans le champ, une croix partageant la légende. Cuivre. Coucy, évêque de Metz en 1388. Diamètre, 0m014. Angevine.

3034. MONETA: D. MARSAL. entre deux grenetis; saint Etienne debout, la tête nimbée, tenant une palme d'une main, un caillou

de l'autre, et les jambes couvertes de l'écu de Coucy. R. RAD: D. COCY. EPUS. METE. entre grenetis ; une croix cantonnée de deux couronnes et de deux crosses. Coucy, évêque de Metz en 1597.

3055. S. STEPHANUS PROTH. MAR.; saint Etienne debout, la tête nimbée, tenant d'une main un caillou, de l'autre une palme, entouré d'une double auréole elliptique. R. FLORenus civitatis METENSIS; au champ, l'écu de la ville de Metz entouré de lignes circulaires aboutissant à des trèfles; en dehors, des besants. Emission de 1415. Florin d'or; diamètre, 0m023; poids, 57 grains.

Cette pièce diffère des treize dont M. de Saulcy a donné les légendes. (Voyez Recherches des monnaies de la cité de Metz, page 78.) Sur ma pièce, le second i de CIVITATIS ressemble plus à un N qu'à un 1; tous les E sont fermés, mais les E du revers n'ont point de trait au milieu, ce qui les fait ressembler à des c. Ces singularités ne se trouvent pas dans les types publiés par M. de Saulcy. 3036. s. STEPH. METE.; saint Etienne nimbé, à genoux, les mains jointes. R. R. G. D. Lenoncourt.; les armes de Lenoncourt posées sur une croix. Billon. Deux pièces dites bugnes. 1551. 3037. Même droit. R. moneta EpI. METENSIS; les armes de Lenoncourt sur une croix. Argent. Deux pièces. 3058. S. STEPHA. METENS.; saint Etienne nimbé, à genoux, les mains jointes. R. MON. EPI. METENS.; croix cantonnée de quatre étoiles. Billon. Autre bugne attribué à M. de Lenoncourt. 3039. Autres bugnes qui paraissent en argent; le R. porte seulement MONEta metens. 5.9 sans les lettres EPI. Trois pièces. 3040. STEPHANUS PROTHO.; Saint Etienne nimbé, à genoux; de chaque côté, un c. R. MON. EPI. METENS.; une croix cantonnée de quatre étoiles. 1560.

Pièce fort rare, du cardinal de Lorraine, suivant M. de Sauley.

3041. STEPHANUS PROTH. M.; le buste de saint Etienne nimbé. R. BENARIUM. C. M. 1590. Denier fort rare.

3042. S. STEPHA. PROTO. M. entre filet et grenetis; saint Etienne nimbé, à genoux, les mains jointes, une main le bénit, cantonné de deux écus de la ville de Metz. R. SIT NOMEN DNI. NRI. IHV. XPI. BNDICT. *entre filet et grenetis. Seconde légende : SEM GROSS. METEN. Ecu de la ville de Metz; au centre, une croix cantonnée de quatre étoiles. Cinq pièces dont une plus petite que les autres; celle-ci paraît mauvais argent ou billon. 5043. ts' STEPH. PROTHO. entre deux grenetis; dans le champ, saint Etienne debout, tenant un caillou et une palme, et entouré d'un double contour elliptique. R. † BHDICTU. SIT NOME.

« VorigeDoorgaan »