Traité De La Culture Des Terres, Suivant les Principes de M. Tull, Anglois, Volume 1

Voorkant
chez Hyppolyte-Louis Guerin & Louis-François Delatour, 1753
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 21 - ... &c. quand on les fait paître de trop près par les beftiaux , furtout quand ces plantes font jeunes. On ne peut donc approuver la pratique des Fermiers qui mettent leurs troupeaux fur leurs blés quand ils les trouvent trop forts.
Pagina 95 - Quand les terres ne font pas extrêmement fujettes à être inondées , on fait les raies à une plus grande diftance les unes des autres ; c'eft quelquefois à cinq toifes , quelquefois à quatre , quelquefois à deux ; & les terres ainfi labourées , s'appellent des terres labourées en planches d B}(PL I.
Pagina 108 - D'ailleurs notre Auteur prétend qu'avec fa nouvelle charrue il peut remuer la terre à io , 12, & 14. pouces de profondeur ; & comme par cette charrue on fait de profonds fillons & des billons fort élevés , la terre eft bien plus en état de profiter des influences de l'air. Quand on veut mettre en façon une friche ou un champ qui n'a point été labouré depuis...
Pagina 107 - Ces coutres font placés de façon qu'ils coupent la-terre^ qui doit être ouverte par le foc , en bande de deux pouces de largeur ; ce qui fait que le foc ouvrant un fillon de fept à huit pouces de largeur , le verfoir renverfe une terre bien divifée qui ne forme plus de greffes mottes plates , comme le font les charrues ordinaires.
Pagina 108 - ... mottes plates , comme le font les charrues ordinaires. Il arrive de là que quand on vient à donner un fecond labour , la charrue ne trouve à remuer que de la terre meuble ^ au lieu de rencontrer des mottes , ou même des...
Pagina lxxiii - Arbres j en ayant fait leur rapport , l'Académie a jugé cet Ouvrage digne de l'impreflîon : en foi de quoi j'ai figné le préfent Certificat.
Pagina 111 - La charrue à quatre focs ne iert que pour les principaux labours , pour défricher les terres , ou pour mettre en bonne façon celles qui n'ont point été labourées , ou qui l'ont été mal depuis long-temps.
Pagina 141 - ... en détruifent beaucoup. Mais il ya plufieurs fortes de plantes , telles que la folle avoine, & la queue de renard, dont la graine ne levant que quand elles ont refté en terre deux ou trois ans , inutilement les culti-» veroit-on avec tout le foin poffi» ble ; on ne réufliroit point à les faire lever plutôt.
Pagina 347 - Au-delà de £ du côté de F, elle fe termine en pointe pour recevoir le foc de fer F qui garnit l'extrémité du fcept. G , font les coigneaux qui font faits d'un morceau d'orme en forme de fourche , dont les deux branches s'aflemblent avec une cheville de bois ou de fer fur le fcept, comme on le voit en E du côté gauche. La...
Pagina 58 - adhérer aux molécules de terre ^ n'en tirent par eonféquent aueune nourriture. Mais quand par des Labours réitérés on eft parvenu à broyer les petites mottes , on multiplie les petits intervalles aux dépens des grands ; alors les racines ont la liberté de...

Bibliografische gegevens