Considérations sur les principaux evénémens [sic] de la révolution françoise: Ouvrage posthume, Volume 2

Voorkant
Baldwin, Cradock, et Joy, 1818 - 424 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 248 - Protée qui prendrait à volonté les formes les plus diverses. Pendant cette discussion, je rencontrai un conventionnel que je ne nommerai point : car pourquoi nommer quand la vérité du tableau ne l'exige pas ? Je lui exprimai mes alarmes sur la liberté. « Oh ! me répondit-il, madame, nous en sommes arrivés au point de ne plus songer à sauver les principes de la révolution, mais seulement les hommes qui l'ont faite.
Pagina 280 - I", notre Empereur ? R. — Les chrétiens doivent aux princes qui les gouvernent, et nous devons en particulier à Napoléon I", notre Empereur, l'amour, le respect, l'obéissance, la fidélité, le service militaire, les tributs ordonnés pour la conservation et la défense de l'Empire et de son trône; nous lui devons encore des prières ferventes pour son salut et pour la prospérité spirituelle et temporelle de l'État.
Pagina 289 - Les agents du gouvernement autres que les ministres ne peuvent être poursuivis pour des faits relatifs à leurs fonctions, qu'en vertu d'une décision du conseil d'État; en ce cas, la poursuite a lieu devant les tribunaux ordinaires.
Pagina 383 - N'oubliez jamais, dans quelque position que vous placent ma politique et l'intérêt de mon Empire , que vos premiers devoirs sont envers moi, vos seconds envers la France : tous vos autres devoirs, même ceux envers les peuples que je pourrais vous confier, ne viennent qu'après.
Pagina 212 - Coppet , avec mes enfans en bas âge. Le jour marqué pour la violation du territoire suisse , nos gens curieux descendirent au bas de l'avenue , et mon. père et moi, qui attendions ensemble notre sort, nous nous plaçâmes sur un balcon , d'où l'on voyoit le grand chemin par lequel les troupes devoient arriver.
Pagina 293 - ... avec peine, vers un autre ordre social. Je ne crois pas que Bonaparte lui-même, avec son talent, avec son génie, avec toute sa puissance, pût venir à bout d'établir en France aujourd'hui une monarchie héréditaire tempérée.
Pagina 198 - Il regarde une créature humaine comme un fait ou comme une chose, mais non comme un semblable. Il ne hait pas plus qu'il n'aime; il n'ya que lui pour lui; tout le reste des créatures sont des chiffres. La force de sa volonté consiste dans l'imperturbable calcul de son égoïsme; c'est un habile joueur d'échecs dont le genre humain est la partie adverse qu'il se propose de faire échec et mat.
Pagina 280 - Il a ramené et conservé l'ordre public par sa sagesse profonde et active; il défend l'État par son bras puissant; il est devenu l'oint du Seigneur par la consécration qu'il a reçue du souverain pontife, chef de l'Église universelle. D. — Que doit-on penser de ceux qui manqueraient à leur devoir envers notre Empereur? R. - — • Selon l'apôtre saint Paul, ils résisteraient à l'ordre établi de Dieu même et se rendraient dignes de la damnation éternelle. D. — - Les devoirs dont nous...
Pagina 270 - Suisse, et la splendeur et l'importance à l'Italie; et nous aussi, nous devons le considérer comme un instrument dont la Providence a fait choix pour nous rattacher davantage, s'il se peut, à notre constitution, pour nous faire sentir le prix de la liberté qu'elle nous assure ; pour anéantir toutes les...
Pagina 263 - Bonaparte étudia-t-il bien l'esprit du sien. Il y avait eu, parmi les hommes supérieurs du dixhuitième siècle en France, un superbe enthousiasme pour les principes qui fondent le bonheur et la dignité de l'espèce humaine ; mais à l'abri de ce grand chêne croissaient des plantes vénéneuses, l'égoïsme et l'ironie , et Bonaparte sut habilement se servir de ces dispositions funestes.

Bibliografische gegevens