Religions de l'Antiquité, considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques, Volumes 1-2

Voorkant
Treuttel et Würtz, 1825
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.

Vanuit het boek

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 548 - ... d'animaux , qui se montrent principalement dans les parties extérieures des églises et y font avec les statues des saints et des anges un frappant contraste. C'est l'opposition des bons et des mauvais esprits qui veillent autour de la maison du Seigneur, animés de desseins contraires; c'est le dualisme chrétien, « et voilà pourquoi les sujets grotesques paraissent à côté des sujets nobles, les figures féroces à côté des figures pacifiques et le profane à côté du sacré. » Que...
Pagina 644 - on propre être se divisa en deux, et ainsi il devint homme et femme. Ce corps, ainsi partagé, était comme une moitié imparfaite de lui-même.... Il s'approcha d'elle, et par cette union furent engendrés les êtres humains.
Pagina 77 - ... figure de femme, et il a lui-même les pieds vers le mur oriental. La vierge, la balance, le scorpion, le sagittaire et le capricorne le suivent, marchant .sur une même ligne.
Pagina 624 - Soumbha appelle à son secours Nisoumbha son frère; ce dernier périt comme tant d'autres, et Soumbha s'écrie plein de rage : " Ne t'enorgueillis pas de tes succès, ô déesse; tu triomphes, mais l'honneur de tes victoires est loin de t'appartenir tout entier.» La déesse répond: « Je suis seule dans le monde; quelle autre que moi existe dans l'univers? regarde et vois ces forces diverses rentrer en mon sein.» A ces mots, toutes les Sactis sont absorbées par Dévi qui reste seule en face...
Pagina 814 - ... qui le contient et le gouverne, et en même temps de la lumière qui illumine toutes choses créées '. On le représente aussi sous la figure d'un homme de couleur bleue , pour exprimer que le Créateur est incompréhensible et invisible; dans sa main sont la ceinture et le sceptre, qui le désignent comme l'esprit vivifiant, comme le roi; sur sa tête est...
Pagina 872 - Égyptiens sont les premiers qui aient professé le dogme que l'âme de l'homme est immortelle, et qu'après la dissolution du corps elle passe successivement dans de nouveaux corps par des naissances nouvelles; puis, quand elle a ainsi parcouru tous les animaux de la terre, tous ceux de la mer et tous ceux qui volent dans les airs , elle rentre dans un corps humain , qui naît à point nommé : cette révolution de l'âme s'accomplit en 5,000 ans.
Pagina 813 - ... par excellence. Dieu est dans l'éternité ; de l'éternité vient le monde, du monde le temps, du temps la génération. Tout vit dans l'univers, tout vit d'une seule vie, et cette vie c'est Dieu. De même que le ciel, la terre, l'eau, l'air sont les parties intégrantes du monde ; de même la vie, l'immortalité, la nécessité, la providence, la nature, l'âme, la raison sont les membres de Dieu; leur point de réunion, c'est la bonté : rien n'a été ni ne sera où Dieu ne se trouve ; il...
Pagina 814 - Champolliou, dans l'explic. de la pi. 3 ter, dtveloppe avec beaucoup d'intérêt et d'érudition le rapport établi entre ce pur esprit, qui, avant la création, avait écrit les livres sacrés '. Avec l'esprit fut donnée la matière première, tous deux nés du principe unique, tous deux existant en lui de toute éternité, tous deux impérissables. Cette primitive matière est le lieu, le réceptacle et la circulation de toutes choses, que l'esprit pénètre, remplit et anime. Cette matière,...
Pagina 887 - près ou de loin, appartiennent, dit-il, à la haute anti« quité, où. sentiment et pensée, idée et croyance, science « et religion, se confondaient. Ce sont les prêtres qui ont « fait, non pas la religion , car elle est éternelle, inhérente « à la nature de l'homme, identique avec la raison, avec « le bien, avec le beau, mais les religions qui ont passé sur « le monde, en se proportionnant aux lumières et aux be...
Pagina 34 - XXI , 20. i56. (XXXVII). Vieillard assis et jouant d'un instrument à cordes : le caractère de sa physionomie et sa coiffure le rapprochent naturellement d'une des principales figures dun° suivant.

Bibliografische gegevens