Pagina-afbeeldingen
PDF

L I T T É R A I R E.
ANNÉE M. DCC. LxxxvIII.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

est heureux & bien conçu.Je voudrois ouvoir donner les mêmes éloges à § Mais l'amour de la Vérité s'y oppose. Cependant il en coûte tant à mon cœur de faire entendre des vérités dures à un Ecrivain dont je respecte les talens & les Vertus, que j'aime mieux intervertir l'ordre naturel, & vous entretenir d'abord de la seconde partie de l'Ouvrage, où je rencontre des morceaux dignes des # grands éloges, C'est le plaisir que e vais goûter, en payant à l'Orateur un jufte tribut de louanges & d'admiration, qui pourra † me donner les forces nécessaires pour les çritiques que l'intérêt de l'art Oratoire & la majesté de la chaire, violée, ont rendues indispensables & dont mes fonctions me font un devoir. M. l'Abbé Fauchet, dans sa pre- mière Partie, veut prouver (car il ne le prouve pas du tout) que le bonheur public dépend de la bonté des Mœurs Rurales; il se propose dans la seconde de développer les moyens de produire & d'assûrer cette perfestiga des mœurs dans les Villages.

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »