Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

(1) Ces Bichons, fondeurs à Niort, n'ont pas été connus de M. Jos. Berthelé. Gustave Laurence en signale trois: Robert Bichon, décédé en 1629, époux de Catherine Chauvegrain; père et mère de d'autre Robert Bichon, né en 1608, et de Pierre Bichon, né en 1613. Comme le Mémoire, antérieur à 1609, indique les Bichon, il faut supposer que le premier Robert Bichon avait des frères, restés inconnus.

[blocks in formation]
[blocks in formation]
[blocks in formation]

Les présens comptes ont été clos et arrestés devant nous Custode de Poictou et gardian des Cordeliers de Niort cet huitième d'aoust mil six cens neuf.

Sign. F. Le Heurt, Custode de Poictou
A. Pierre Chastelain, gardien des Cordeliers
de Niort (1)

Et aprouvés et confirmés au Chapitre d'Engoulesme l'an mil six cent dix et du mois de juin le tresiesme, par nous soussignés.

G. Cheheré ministre (2) principal

Fr. Ymbertus Thibault, pr. provincial antiquior
Jacques Duboys, 3° père de province
Fr. Bouchonneault, 3o définiteur
Piau, 4 deffinitor

J. Berlin, premier définiteur
Sanson, second définiteur
Du Noux, 2o père de province

Soyer, commissarius

(1) A ce Pierre Chastelain, décédé à une époque inconnue, semble avoir succédé, comme gardien des Cordeliers de Niort, Jean Liger, licencié en théologie, mort le 12 septembre 1625 et dont l'épitaphe fut découverte par Arthur Bouneault, dans la partie non démolie de la chapelle, attribuée au temple protestant actuel.

(2) Ce mot de ministre écrit abréviativement n'est pas certain.

Estat des mises faites pour la réparation et couverture de l'Eglise des Cordeliers

(Extraits)

Tout d'abord, marché fut conclu avec Prouteau et Jamin pour le rétablissement de la charpente de la chapelle moyennant 354'. On trouve mention de 4201 pour les ardoises, à raison de 11' 6s le millier, employées à la couverture, ou toiture, confiée à Ezéchiel Richard, maître piqueur, Sébastien Gandrille et Ysaye Silard, recouvreurs, qui paraissent avoir reçu 1251 et employé pour 691 de lattes (1). Les ardoises étaient débarquées près du Port, au Parc appartenant alors à André Dabillon sieur de l'Imbaudière, maire et capitaine de la ville, d'où elles étaient transportées, à pied d'œuvre par des charretiers ou des barasseurs (2). On acheta encore 911 de plomb à raison de 8 la livre, et l'étain pour soudure fut payé 4 sols. Enfin le faîtage était protégé par des faîteaux en terre à 15 l'un, le compte en porte 70. On employa même quelques tuiles creuses en terre à une livre le cent.

Avant de réparer les voûtes, il fallut abattre les parties encore menaçantes, notamment près du grand autel; les maçons traitaient à 44 pour toutes ces voûtes tombées ou dangereuses et firent sans doute de médiocre besogne, puisqu'il fallut refaire l'ensemble des voûtes en 1680, comme on l'a déjà dit.

Le compte n'est point établi par articles et les dates de paiement ne sont indiquées que fort exceptionnellement. A qui s'en tiendrait à l'ordre suivi dans le corps

(1) Les clous furent fournis par une femme de Doué. Avant de les employer on les adoucissait en les faisant bouillir avec de la graisse ou de l'huile.

(2) Plus à Lespine pour avoir muraillé la porte de l'église pour empêcher que l'ardoise ne fut prise, 20 sols.

« VorigeDoorgaan »