Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

jj

des hommes instruits qui ont bien voulu m'aider de leurs conseils, tu es un de ceux dont les connaissances étendues m'ont été le plus profitables; reçois-en mes remerciments, et permets que je me félicite d'avoir trouvé l'occasion de payer à l'amitié un tribut public de reconnaissance.

[merged small][ocr errors][merged small]
[ocr errors]
[ocr errors]

AVERTISSEMENT.

QUOIQU'IL ait été publié dans le courant du

dernier siècle, tant sur la Bibliographie en général, que sur ses différentes parties, un assez grand nombre d'ouvrages dont plusieurs jouissent encore d'une réputation méritée, il nous a paru qu'on regrettait assez généralement qu'il n'en existât pas un seul d'un usage assez étendu et assez commode pour la multitude des personnes que leur état du leur goût appellent à l'étude et à la pratique de cette science. C'est le desir de remplir ce vide, qui nous a déterminés à donner cet ouvrage. Pour arriver au but que nous devions nous proposer, il était essentiel de présenter dans le cadre le plus resserré qu'il fût possible d'adopter, tous les articles connus, propres à exciter l'attention des amateurs, et de les offrir dans un ordre facile, où, sans avoir besoin de recherches pénibles, on puisse, pour ainsi dire, trouver à la minute les articles qu'on desire de consulter : c'est pour cette raison que nous avons préféré l'ordre alphabétique, comme le plus expéditif et le plus à la portée du commun des lecteurs. Quant au nombre d'articles dont nous offrons la notice détaillée, nous ne nous flatterons pas de n'avoir rien oublié : dans un

M192582

champ aussi vaste, il reste toujours à glaner; il est impossible qu'il n'échappe pas quelque chose à l'attention la plus scrupuleuse et à la mémoire la plus exercée. Nous osons du moins assurer que nous avons apporté tous nos soins pour n'omettre aucun objet d'une importance majeure. Si cependant il nous était échappé des inadvertances, des erreurs ou des omissions, nous nous ferons un devoir de réparer celles qu'on nous fera apercevoir, si le public goûte assez cet essai, pour que nous puissions nous promettre de l'améliorer dans une seconde édition.

Peut-être nous reprochera-t-on de ne nous être pas étendu davantage sur les éditions du XV. siècle ; mais nous observerons que ces éditions, en général, n'ont pas aujourd'hui, à beaucoup près, le prix qu'elles avaient autrefois, et qu'elles sont infiniment moins recherchées des amateurs. Il y a même des classes entières de la division Bibliographique, telles que la Théologie et la Jurisprudence, dans les quelles très-peu de ces éditions ont conservé une valeur marquante, à moins qu'elles ne datent des premières années de l'imprimerie, comme le Pseautier, le Rationale divinorum officiorum, le Catho licon, la Bible' de Mayence, etc., ou que ce ne soient des exemplaires imprimés sur vélin. Il ne faut pas s'étonner de cette révolution : il en est, en quelque sorte, des Livres comme de la mode; on voit toutà-coup des classes entières tomber dans le mépris,

[ocr errors]

et d'autres, dépréciées auparavant, se relever pour retomber encore quelques années après. Par une suite de ces changements fréquents dans le goût des amateurs, changements qui sont peut-être plus souvent l'effet des circonstances que du caprice, on se borne presqu'exclusivement aujourd'hui à rassembler, parmi les éditions du XV.ème siècle, celles des auteurs classiques grecs et latins, et surtout celles qu'on appelle ordinairement Editio princeps, ou édition première. Il est vrai que ces éditions semblent présenter un but d'utilité particulière, en ce qu'elles tiennent lieu des manuscrits anciens des auteurs auxquels nous devons les connaissances qui nous restent, soit sur l'histoire, soit sur la littérature des peuples les plus célèbres de l'antiquité, ainsi que les modèles sur lesquels s'est formée notre littérature moderne. C'est par ces raisons que nous nous sommes attachés singulièrement à faire connaître celles de ces éditions qui peuvent encore piquer la curiosité des connais-seurs, sans entrer dans le détail fastidieux d'une foule d'ouvrages aussi oubliés qu'ils méritent de l'être , parce qu'ils n'offrent plus aucun but d'utilité. Nous ajouterons, en passant, que c'est aussi pour nous conformer à ce goût du moment, que nous avons élagué de notre nomenclature une foule d'ouvrages plus récents, que les circonstances ont également condamnés à la désuétude et à l'inutilité, quelque degré d'importance qu'ils aient

[ocr errors]

pu avoir, il y a quelques années. A quoi eût servi d'indiquer des Livres sans valeur, et qu'on n'a plus aucune raison de rechercher, puisqu'ils ne peuvent plus être d'aucun usage?

Or, pour ajouter à cet ouvrage un nouveau degré d'utilité, et pour guider les amateurs dans leurs acquisitions, en leur donnant une idée au moins approximative de la valeur des objets, nous avons joint des prix à chaque article. Quoique ces prix soient, en général, fixés d'après les adjudications comparées des ventes les plus fameuses, nous ne prétendons pas les donner comme une règle certaine: on sait trop qu'en fait d'objets rares, et quelquefois de pure curiosité, il serait ridicule de vouloir établir une valeur précise et invariable. Plus un Livre est rare, plus il est sujet à varier dans son prix : il dépend, à cet égard, du caprice des amateurs, de la concurrence, de sa condition, de sa conservation, et de mille autres circonstances, que les gourmets seuls savent apprécier, si on peut se servir de cette expression. Mais si nos prix ne peuvent pas être regardés comme une règle toujours sure, ils pourront du moins donner une idée du degré de rareté et de mérite des objets; pour le surplus, c'est à l'acheteur à régler sa dépense sur le desir ou le besoin qu'il a d'acquérir. Les Livres qu'on recontre souvent ont une valeur courante et déterminée dont ils ne s'écartent guères que lorsqu'ils commencent à devenir rares ; mais les objets

« VorigeDoorgaan »