Michael Georg Conrad à Paris (1878-1882): années d'apprentissage d'un intellectuel critique

Couverture
Peter Lang, 2004 - 431 pages
0 Avis
Michael Georg Conrad (1846-1927), en qui les historiens de la littérature voient l'un des propagateurs les plus actifs de la modernité munichoise à travers la fondation de la revue Die Gesellschaft, vécut de 1878 à 1882 dans la capitale française avant son installation définitive en Bavière. Il subvenait à ses besoins en travaillant comme maître de langue et comme correspondant de plusieurs journaux allemands. Outre un recueil de nouvelles, les quatre années de son séjour parisien, qu'il présente expressément comme le terme de ses «années de voyage et d'apprentissage», sont à l'origine d'une série d'oeuvres journalistiques, rédigées dans le but de donner à ses compatriotes un aperçu de la vie culturelle, politique et sociale des débuts de la IIIe République. Cet ouvrage tente de recenser ces contributions, à la fois pour restituer une vision «étrangère» de la capitale française, de son art et de sa littérature à un moment clé de son histoire, et pour rendre compte des partis pris intellectuels du plus connu des propagandistes de Zola en Allemagne.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Chapitre 1
19
Zola vu par Conrad
36
La réception de lœuvre critique de Zola par Conrad
63
Chapitre 2
79
La vie littéraire en France
97
Laction de Conrad à Paris
113
Chapitre 3
127
Les faiblesses du théâtre français
148
Conrad et la musique
201
Revendication dun art national
238
Conrad et la politique des débuts de la Troisième République
241
Conrad entre Grévy et Gambetta
261
La politique scolaire de la Troisième République
283
Chapitre 6
301
La mode et ceux qui la suivent
316
Le réveil du gallicanisme
329

Chapitre 4
171
Chapitre 5
172
Rejet du cosmopolitisme et repli sur la nation
343
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

À propos de l'auteur (2004)

L'auteur: Michel Durand, maître de conférences à l'université de Metz et membre du Centre d'Etude des Périodiques de Langue Allemande, est l'auteur d'une thèse sur les romans berlinois de Clara Viebig (chez P. Lang, Contacts). Ses recherches portent pour l'essentiel sur la littérature allemande de l'époque wilhelminienne, entre autre sur M. G. Conrad.

Informations bibliographiques