Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

On s'étonnera certainement de voir à quel point elles sont restées, dans l'ensemble, d'accord avec les résultats des études les plus récentes sur cet art. Je ne voudrais pas

terminer cette simple esquisse sans exprimer le væu qu'elle puisse inspirer à quelque travailleur le désir de la reprendre et de nous donner une image plus complète des idées du maître sur un sujet aussi passionnant. Je puis lui assurer qu'à scruter attentivement les æuvres de Champollion il trouvera, à chaque page, plaisir et profit; s'il a la patience d'explorer la précieuse mine que constituent les manuscrits autographes de la Bibliothèque Nationale, il s'assurera la vive reconnaissance de tous les égyptologues.

LÉGENDES

DE SCÈNES AGRICOLES

AU

TOMBEAU DE PETOSIRIS,

PAR

M. GUSTAVE LEFEBVRE.

Les murs est et ouest de la première chambre du Tombeau de Pelosiris comportaient chacun, outre le soubassement, quatre registres décorés de scènes agricoles; de ces huit tableaux trois ont disparu. J'ai déjà sommairement décrit les cinq qui nous sont parvenus intacts(). Je voudrais faire connaître ici, dans leur détail, les légendes accompagnant les scènes et les personnages gravés sur trois de ces registres, deux du mur ouest, un du mur est.

Si les motifs des sujets représentés sont, comme de coutume(2), inspirés (mais sans servilisme dans l'exécution) des scènes qui décorent les parois des tombeaux de l'Ancien et du Moyen Empire, les textes, eux, sont entièrement nouveaux; aucun n'est la copie, même lointaine, des discours et légendes que nous lisons par exemple pour ne pas sortir de la Moyenne Égypte à BeniHasan, à Meïr, à Gebraoui (3). C'est dire

que,

si l'étude

[ocr errors]

(") Annales du Service des Antiquités d'Égypte, XX, 1920, p. 70-78. (?) Cf. Erman, Aeg. Zeitschrift, 52 (1914), p. go.

(3) Outre les éditions et travaux de Champollion, Newberry, Montet (Beni-Hasan), Blackman (Meïr), N. de G. Davies (Gebraoui), voir Èrman, Reden, Rufe und Lieder auf Gräberbildern des alten Reiches, Berlin, 1919.

[ocr errors]

de ces textes est particulièrement intéressante, elle est aussi pleine de difficultés. Il ne m'en coûte pas d'avouer qu'il y a des phrases dont le sens m'échappe, d'autres que je n'interprète qu'en hésitant. Je publie néanmoins mes traductions, dans l'espoir qu'elles pourront être de quelque utilité à ceux qui reprendront cette étude, et je me permets de réclamer pour elles l'indulgence qu'on accorde généralement à une edilio princeps.

I. LES VENDANGES.

Le registre inférieur du mur ouest est consacré aux vendanges et à la fabrication du vin. Une longue inscription horizontale (1) court à la partie supérieure du registre [Inscr. 43; sens de la lecture ->]:

[subsumed][ocr errors]
[ocr errors]

sic)

re

Les jardiniers du clos de vignes (sc. les vignerons) disent : Viens, notre maître, que tu voies tes vignes et que ton cæur en soit réjoui! Les jardiniers sont devant toi en train de les vendanger. Nombreux est le raisin sur sa tige, et abondant le jus qui est en lui, plus que l'autre année. Bois, enivre-toi, ne cesse pas de faire ce que tu aimes, et que (le vin (2) t'advienne comme tu le souhaites, Ô Grand des Cinq, maitre des sièges, Petosiris, n. im. Que l'enfant seigneur de Buto(3) te fasse riche (śwr k) en vin (irp), selon (lon) désir, tandis que lu le donneras du bon temps.

"") En ce qui concerne les inscriptions horizontales, j'ai reproduit, dans la mesure du possible, les signes tels que sur l'original.

(?) Le sujet de hor en paraît être mouwen le jus, de la vigne. (3) Ou - le fils de la déesse de Buton. Cf. Brugscu, Dict. géogr., p. 11 20.

Awwin

Awwm

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

;

[ocr errors]

Le mot U, généralement déterminé par Tot etj, est le nom de ceux qui prennent soin d'un verger

d'arbres fruitiers (Louvre A 93 - Thesaurus, p. 1254 :

A
U TT II.. pour

lui un verger (d'arbres fruitiers), et il y avait là des jardiniers (venus des pays étrangers)»; Mar., Abydos, II, 37, 1. 14, etc.)(1). Dans ces vergers, comme dans les grands jardins des ezbehs modernes, les treilles, les vignes en berceaux tenaient une place considérable : d'où le sens ordinaire de hóp « vignes, clos de vignes » (ci-dessous , et

» : inscr. 44 (i), (6) 1, (7) 1), mais le mot s'applique aussi bien à un verger, à un tapódeloos, renfermant d'autres arbres ou arbustes fruitiers (2)

que
les

ceps de vigne; et c'est sans doute pour en préciser le sens qu'on a employé au début de notre texte l'expression : mmm cle clos

app de vigner. Le mot (pour ![:]rrt) paraît avoir

1 3 dans cette expression sa signification habituelle de « ceps, vignes » (cf. Ouni, éd. Tresson, 1. 26); partout ailleurs, dans cette inscription, comme dans l'inscription 44(1), il est synonyme de vi[z]rr e raisins, grappes de raisins ». .

L'expression habituelle pour « vendanger » est 11 11(Monter, Rec. Trav., XXXV, p. 118). Le mot why, signifiant recueillir », ou carracher » (wḥ; mḥ « arracher le linn, Admonitions, 5, 13; wḥz mnw rearracher des arbres n, Piankhi, 132), conviendrait à merveille dans cette inscription, car les vendangeurs sont représentés tenant à pleine main la grappe, et brisant le pédoncule avec leurs doigts,

[ocr errors]
[ocr errors]

(: {") Un synonyme fréquent de y The y jest w porni

Way (ainsi, Harris, vii, 10; IXVII, 10), mot dérivé de WL jardin.

(") Par exemple, dans l'inscription de Zed-her le Sauveur (Annales, XVIII, p. 145, 1. 84), où l'on trouve l'intéressante graphie : le déterminatif indiquant que, tout comme le

le mot hóp désigne un mclosn. - Comparer d'ailleurs cette phrase de notre inscription 81, 1. 86 (Annales, XXI, p. 2112):

[ocr errors]

Awww

[ocr errors]

1

« VorigeDoorgaan »