Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

Un fidèle ami et compagnon d'armes du chevalier, Thierry s'empresse d'aller en Angleterre; il y construit une somptueuse abbaye sur le tombeau de Guy, et le poète achève en ces termes son récit :

Ore lerrom de Gy atant

A dampne Dieus le comanc
Et a sa mere ensement

Si nous defendent tourment.

Amen.

Nous avons dû nous borner dans nos citations; nous avons devant nous des fragmens très étendus de ce poëme sur lequel nous ne nous engageons point à ne pas revenir, car il nous semble présenter tout le mérite qu'on est en droit de réclamer d'un trouvère. G. BR.

LE SERIN, ou Mémoire du sieur Boulanger, ancien chirurgien-major en chef de l'hôpital militaire de Metz et pensionné de sa majesté; contre M. le baron d'Huart, ancien capitaine d'infanterie et chevalier de l'ordre royal et militaire de SaintLouis. Metz, veuve Antoine, imprimeur du roi (1785), in-8°, 59 pag., demi-rel., dos de mar. du Levant, fil. et coins. (Bel exemplaire.)

1

Voilà la première fois que nous voyons indiqué cet opuscule qui est resté jusqu'ici inconnu aux bibliographes. Nous le trouvons annoncé sous le n° 772 du catalogue de feu M***, Paris, 1845, et accompagné d'une Notice que nous croyons devoir reproduire, en y ajoutant quelques nouveaux détails. Ce Mémoire mériteroit d'être réimprimé dans un recueil de causes célèbres, vu son mérite et son excessive rareté. Voici la Notice:

Un serin, échappé de sa cage, s'étant réfugié chez le baron d'Huart, celui-ci refusa de le rendre à son maître, prétendant qu'il le possédoit depuis long-temps, et que ce n'étoit pas le même oiseau que celui qu'on réclamoit. De là procès, enquête et appel au parlement. Juzan de la Tour, célèbre avocat de

Metz, auteur de ce Mémoire, chef-d'œuvre de bonne et fine plaisanterie, y a répandu le sel attique à pleines mains; il est impossible de mieux manier l'arme de la plaisantérie et du sarcasme, et de soutenir l'intérêt dans un sujet qui en paroissoit peu susceptible. Le baron d'Huart perdit son procès, qui lui coûta plus de 30,000 francs. Harcelé par des plaisanteries, il eut beaucoup de duels, et finit par mourir de chagrin. - Ce Mémoire excita tellement l'intérêt général par l'esprit qui y règne, qu'il s'en fit quatre éditions dans la même année, et néanmoins il est resté inconnu aux bibliographes, à cause de son excessive rareté, le baron d'Huart en ayant racheté et détruit tous les exemplaires qu'il put se procurer. Cette petite pièce, par son mérite et son extrême rareté, est digne d'occuper une place distinguée dans le cabinet d'un bibliophile.

-

[ocr errors]

་་་་

Ce Mémoire a eu, dans la même année, quatre éditions sorties des presses de la veuve Antoine: la 1re, in-4°, 43 pag., rognée: c'est le factum distribué aux magistrats; la 2o, in-8°, 95 — la 3o, in-8°, 59 pag.; — la 4a, in-8°, 59 pag. pag.; Ces deux dernières ont le caractère plus petit et moins espacé que celui de la 2a édition. Nous avons vu ces quatre éditions dans le cabinet d'un curieux qui avoit eu beaucoup de peine à les réunir. Dans le pays même, on ne pourroit s'en procurer un exemplaire que par un heureux hasard.

M. Teissier, dans son Essai sur la Typographie de Metz, ne parle pas de ce Mémoire à l'article de la veuve Antoine.

M. Bégin (Biographie de la Moselle), ne dit de l'auteur que le peu de mots suivans: « Juzan de la Tour, avocat au parlement de Metz, qui a joui dans le siècle dernier d'une haute réputation.II ne parle pas du Mémoire sur le serin, dont il ignoroit l'existence, autrement il n'eût pas omis d'en faire

mention.

Un vieillard, qui a habité Metz én 1785, nous a confirmé l'exactitude des renseignemens de la Notice, et nous à conté l'anecdote suivante pour prouver combien ce procès occupoit l'attention publique M. le baron d'Huart étant allé à Verdun, ville à quinze lieues de Metz, à l'époque de son procès, entra

au spectacle pendant l'entr'acte, il fut reconnu par quelques personnes, et aussitôt l'orchestre se mit à jouer l'air de Favart: Le cœur de ma Nanette, qui est celui que chantoit l'oiseau objet du procès. M. d'Huart sentit l'allusion, et quitta aussitôt la salle, furieux de se voir ainsi harcèlé partout où il se présentoit. Nous avons cru devoir attirer l'attention des curieux sur cette petite pièce, restée inconnue à cause de son excessive rareté, et qui n'a pas été répandue hors du lieu du procès, et qui mérite cependant d'être distinguée et recherchée par l'esprit qui y règne, et à cause du singulier procès dont elle fut l'objet.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

On écrit de Rome, le 7 novembre:

« Le cardinal Angelo Mai, qui a fait un voyage dans les légations et dans le nord de l'Italie, est depuis quelques semaines de retour dans notre capitale. La santé de cet illustre savant, qui étoit si délabrée avant son départ, s'est rétablie au point que S. E. peut se livrer de nouveau à son occupation favorite, celle de déchiffrer les anciens manuscrits. Le cardinal Mai a rapporté des bibliothèques de Venise et de Vérone plusieurs précieux manuscrits tout-à-fait inconnus, dont il prépare la publication.

Un choix des ouvrages théologiques qui se trouvent parmi ces monumens sera tout de suite mis sous presse. Le cardinal Mai se propose de faire hommage d'un exemplaire de cette publication au souverain pontife, à l'occasion du prochain anniversaire de l'exaltation de S. S. (le 2 février). On remarque parmi les œuvres qui composent ce choix : un commentaire en langue grecque sur la Bible, par saint Cyrille; quatre sermons de saint Augustin; un opuscule de Nicéphore contre les iconoclastes, etc., etc.

Le cardinal Mai, le premier qui ait déchiffré et publié des manuscrits palimpsestes, représente à lui seul, par ses immenses travaux et ses prodigieuses publications, toute une congrégation de bénédictins. On lui doit la découverte d'une foule d'écrits inédits des auteurs grecs et latins, des Pères de l'Église, etc., mais nous croyons qu'il n'a rien publié encore d'après les manuscrits du mont Cassin, si souvent exploités et si pleins de trésors inconnus. Nous nous rappelons l'avoir entendu regretter de ne pouvoir présider au déroulement des papyrus carbonisés de la bibliothèque du philosophe, trouvés à Herculanum et conservés au musée Borbonico de Naples. « Il y a là, disaitil, une vingtaine de traités célèbres de l'antiquité que l'on croit perdus et qui pourroient sortir de leurs cendres. »

ET

CATALOGUE DE LIVRES RARES ET CURIEUX, DE
LITTÉRATURE, D'HISTOIRE, ETC., QUI SE

TROUVENT EN VENTE A LA LIBRAIRIE

[blocks in formation]

1 AFFECTIONS des divers amans, faictes et rassemblées par Parthenius de Nicée, et nouvellement mises en françoys (par Jehan Fornier). Paris, 1743, in-8, mar. vert, fil. tr. dor. (Ancienne reliure.).

Exemplaire de M. Nodier.

15

2 L'APOCALYPSE de Meliton, ou Révélation des mystères cénobitiques, par Meliton (par Cl. Pithoys). SainctLeger, 1665, petit in-12, v. f., fil., front. gravé. (Muller.).

12-1

Le titre gravé porte 1665 et le titre imprimé 1668. 3 ARISTOPHANIS comœdiæ novem, cum commentariis antiquis et valde utilibus ad ea quæ prius excusa fuerunt additis, indiceque copiosissimo omnium quæ 'animadvertere oportet. Florentiæ, per hæredes Philippi Juntæ, anno salutis, 1525, mense februario, in-4, v. f., fil., tr. dor.

[ocr errors]

35

Magnifique exemplaire de cette rare édition, conforme de tout point à la description de M. Brunet, quatrième édition du Manuel, t. 1er, p. 172.

4 ART D'ARYTMETIQUE, contenant toute dimention, tres singulier et commode, tant pour l'art militaire que autres calculations (par C. Boessiere). Paris, 1554, in-8, dos de mar. bl. (Rarissime.) . 10->

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »